Critique | Séries/Télé

[à la télé ce soir] Billions (saison 6)

Nicolas Bogaerts Journaliste

Après un combat en cinq rounds entre le crapuleux financier Robert Axelrod (Damian Lewis) et le sulfureux procureur Chuck Rhoades (Paul Giamatti), plein de coups fourrés et de rebondissements, Billions change quelques ingrédients pour préserver sa formule.

Sortir « Axe » de l’équation à deux Némésis constituait un sacré défi, malgré les risques d’essoufflement d’une série qui a marqué des points dans l’exposition efficace de la délinquance en cols blancs et de sa difficile mise en accusation. Il revient à Michael Prince (Corey Stoll), récurrent dans les épisodes précédents, d’incarner les puissances de l’argent opposées à celles de la loi. La dynamique change également. La manière avec laquelle Chuck prenait des libertés avec son éthique se retourne contre lui, pour le plus grand profit de son adversaire, qui opte pour moins de confrontation et plus de jeu de billard. Par effet d’entraînement, les autres personnages majeurs de la série doivent également revoir leur positionnement et leur stratégie, à commencer par Taylor (Asia Kate Dillon), génie de la data financière, et Wendy (Maggie Siff), épouse de Chuck et employée de Axe Capital. Ce faisant, cette nouvelle saison change de braquet en pleine ascension. Un pari osé qui pourtant permet le déploiement d’intrigues renouvelées, même si toujours aussi retorses et peu reluisantes.

Série créée par Brian Koppelman, David Levien, Andrew Ross Sorkin. Avec Paul Giamatti, Maggie Siff, Corey stoll. *** (7/10)

Vendredi 22/04, 20h30, Be séries

Partner Content