Critique | Musique

Wooden Wand – Blood Oaths of the New Blues

Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

AMERICANA | Wooden Wand. Baguette de bois. C’est le nom de scène original, genre film de sorciers, que s’est trouvé le singer songwriter James Jackson Toth.

WOODEN WAND, BLOOD OATHS OF THE NEW BLUES, DISTRIBUÉ PAR FIRE RECORDS/KONKURRENT. ***

AMERICANA | Wooden Wand. Baguette de bois. C’est le nom de scène original, genre film de sorciers, que s’est trouvé le singer songwriter James Jackson Toth, il y a de cela une dizaine d’années. Méconnu, Toth a une flopée de disques à son actif. Albums officiels, CDR’s artisanaux et vinyles en édition limitée quand il ne s’agit pas de collaboration avec les mecs de Woods (Wooden Wand & The Vanishing Voice). Son dernier effort en date Blood Oaths of the New Blues convie rock, folk, country et blues à une americana « phosphorescente ». Les splendides 11 minutes inaugurales de No Bed for Beatle Wand/Day This Long suffiront à justifier l’achat. Attention, disque hanté.

WWW.WOODENWAND.ORG

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content