[l’album de la semaine] Julie Doiron – I Thought of You

Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

À bientôt 50 ans, la rockeuse canadienne Julie Doiron tient peut-être enfin l’album de la consécration.

Elle a plus de 30 ans de carrière, compte une dizaine d’albums solo à son actif, a joué dans un bon paquet de groupes (Shotgun & Jaybird, Weird Lines, The Forest…) et a lancé son propre label de cassettes (Sappy Records) à une époque où on pouvait encore les écouter dans sa bagnole. Julie Doiron n’est pas la plus célèbre artiste de la scène rock canadienne mais elle se promène depuis trois décennies sur ses chemins de traverse. Apparue sur la scène nord-américaine en 1990, au sein du duo lo-fi Eric’s Trip (le premier groupe canadien à signer avec le label Sub Pop), Doiron est née en 1972 à Moncton, la plus grande ville du Nouveau-Brunswick. Multi-instrumentiste précoce, elle a commencé le piano à 10 ans, le saxophone à 12 et la guitare à 15.

Elle a sorti son premier album solo en 1996, titré Broken Girl et incarne une certaine idée de la musique indépendante. Du genre à participer aux Tiny Desk Concerts de NPR et à collaborer avec des artistes aussi exceptionnels et jusqu’au-boutistes que Phil « Mount Eerie » Elverum (Lost Wisdom Pt. I and Pt. 2).

I Thought of You, son premier album solo constitué de chansons originales en neuf ans, a germé lors du FME, le festival des musiques émergentes organisé à Rouyn-Noranda au Québec. Julie Doiron avait déjà bossé avec les Wooden Stars, les Tragically Hip ou encore les Français d’Herman Dune. I Thought of You est le fruit d’une collaboration avec le batteur Ian Romano et son frère Daniel, étrange singer-songwriter et inclassable personnage à qui l’on doit notamment ces dernières années un disque prog enregistré avec un membre de Tool, la réinvention d’un album méconnu de Bob Dylan et des tentatives punks très pop (Ancient Shapes). Ensemble, ils ont enregistré un album d’indie rock assez touche-à-tout. Slacker, country, folk, dream pop, grunge… Il y a de tout ça dans ces treize chansons assez déconcertantes.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

« There was never a plan. No need to explain. And here I am, starting over again« , chante Doiron sur You Gave Me the Key, titre d’ouverture de l’album qui a donné le ton à tout son enregistrement. Constitué de nouvelles et de vieilles chansons (certaines comme Ran, Good Reason et Cancel the Party s’étaient déjà glissées sur des simples et des EP), le disque fait écho à la décontraction girl next door de Courtney Barnett et adresse un clin d’oeil à Chrissie Hynde. Et se permet avec Et mon amour une jolie incursion en français dans le texte. Julie Doiron travaillerait sur un album complet dans la langue de Lætitia Sadier et a planifié une nouvelle session en studio avec Phil Elverum. L’heure de la consécration a peut-être enfin sonné.

Julie Doiron, I Thought of You », distribué par You’ve Changed Records. ****

[l'album de la semaine] Julie Doiron - I Thought of You

Partner Content