La Revue du stagiaire: Magma et le château d’Hérouville

Les grilles et les deux ailes du château d'Hérouville © Domaine public (droit d'auteur dépassé)

Chaque semaine, notre stagiaire se penche sur une chanson qui a marqué l’histoire de la musique. Cette semaine: Spiritual, chanson enregistrée dans le mythique château-studio d’Hérouville.

En 1971, sur l’album Attahk, les Français de Magma sortaient la chanson Spiritual. Le disque a été produit, enregistré et mixé au château d’Hérouville par l’un des membres fondateurs du groupe, Laurent Thibault. À la fois studio d’enregistrement et résidence d’artistes, le château d’Hérouville a accueilli les plus grands noms de l’époque, devenant par la même occasion un haut lieu de la fête et des excès en tous genres. Un destin surprenant pour le château d’une petite ville tranquille du Val d’Oise, à 30 km de Paris, ne comptant que quelques centaines d’habitants.

Avant d’être rachetée en 1962 par le compositeur Michel Magne et son ami artiste-peintre Jean-Claude Dragomir, la résidence avait déjà une histoire liée à la musique. Construite sur les ruines d’un ancien château fort, la légende raconte qu’elle aurait abrité les amours secrètes de George Sand et Frédéric Chopin.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

La création du studio

Michel Magne, connu pour avoir composé pas moins de 73 musiques de films –Les Tontons flingueurs, Fantômas, Un Singe en hiver, etc.- y a d’abord installé un studio d’enregistrement dans les combles de l’aile droite avant d’y emménager avec sa famille. En 1965, son ami et copropriétaire, Jean-Claude Dragomir, décède dans un accident de voiture. Le compositeur a donc décidé de racheter l’autre partie du château auprès de la famille du défunt. Le studio de Magne se porte très bien jusqu’à ce qu’un incendie le ravage, en mai 1969, détruisant tout le matériel du compositeur ainsi que ses partitions, ses archives et les bandes magnétiques qui contenaient ses enregistrements.

Pour se relever moralement et financièrement de ce drame, Michel Magne décide de faire construire un grand studio de 100 m2 et de 6 mètres de haut dans l’aile épargnée par l’incendie. Afin de rembourser la construction de ce qu’il a appelé le Strawberry Studio, il lance la SEMM (Société d’Enregistrement Michel Magne). Selon le livre Hérouville, le château hanté du rock de Laurent Jaoui, ce studio résidentiel « où travail, hébergement et restauration sont liés » était le tout premier lieu du genre en France et le deuxième au monde. L’idée a plu à de nombreux groupes du monde entier. Le succès de la formule s’explique en partie par le fait qu’en Angleterre, si les artistes passaient plus de dix mois par an hors des frontières britanniques, ils étaient exonérés d’impôts. Le studio résidentiel de Magne était donc le candidat parfait pour économiser de l’argent puisque les artistes étrangers ne payaient pas non plus d’impôts en France.

@ChteauHrouville: “@lesmeilleuresc1: Michel Magne au château d’Hérouville http://t.co/wMgbNclyoX”

Posted by Chateau d’Herouville on Saturday, June 27, 2015

Un concert hallucinant

Le 21 juin 1971, le groupe américain Grateful Dead a donné son tout premier concert en France au château d’Hérouville. Initialement, le band devait jouer à Auvers-sur-Oise, mais la météo capricieuse a eu raison de cet événement. Comme solution de repli, Michel Magne a proposé au groupe ainsi qu’à 200 privilégiés de venir dans le parc de son château. Ils ont donc déplacé tout leur matériel jusque là et ont livré une performance de plusieurs heures qui resta dans les annales du rock, le tout filmé par les caméras de l’émission Pop 2. Ce concert était d’autant plus inoubliable pour les quelques spectateurs qu’ils ont presque tous été drogués -à leur insu? Dans les bouteilles de vin et de champagne ainsi que dans les gâteaux servis aux invités, l’hôte du château, soucieux que tout le monde passe un « bon » moment, avait soigneusement ajouté un peu de LSD. La fête s’est terminée tôt le matin alors que de nombreux habitants du village étaient « saouls à en tomber dans la piscine« , comme le raconte Jerry Garcia -guitariste de Grateful Dead- dans le livre de Laurent Jaoui.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Un studio à l’histoire mouvementée

En 1971, d’abord aux mains de Michel Magne, le studio a accueilli les plus grands noms comme David Bowie pour l’album Pin Ups, Jethro Tull pour A Passion Play et War Child, Elton John pour Honky Château ou encore Pink Floyd pour Obscured by Clouds et T. Rex pour The Slider. Le studio, qui pédalait dans la semoule et croulait sous les dettes, a ensuite été repris par Yves Chamberland du studio Davout qui le gérait de manière catastrophique, au point de faire fuir les artistes à cause de ses pratiques trop rigoureuses au studio et de son côté trop économe à l’égard de certains frais. Tout cela n’a fait qu’empirer les choses et la société de Michel Magne sera alors liquidée en 1974.

La même année, le producteur et musicien cofondateur du groupe Magma Laurent Thibault a souhaité reprendre le studio et a signé un accord avec Michel Magne pour devenir locataire-gérant du château d’Hérouville. Il équipe le studio avec du matériel dernier cri et n’hésite pas à innover pour attirer un maximum d’artistes et musiciens. Sur la période s’étendant de 1975 à 1985, Fleetwood Mac, Iggy Pop, David Bowie et Elton John à nouveau, Marvin Gaye, Cat Stevens, Tom Jones ou encore Sweet, Trust et Rainbow ont enregistré au studio. C’est au même endroit que les Bee Gees ont aussi enregistré leurs plus gros tubes: Stayin’ Alive, Night Fever, How Deep Is Your Love et More Than A Woman. En juillet 1985, le droit de bail est cassé et Laurent Thibault est prié de quitter les lieux. Le studio ferme ses portes sans repreneur. Sur toute son histoire, le château aura été le théâtre de l’enregistrement de 250 à 300 disques 45 tours.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Qu’est-il advenu de Michel Magne?

Tourmenté par les dettes, en 1974, il a d’abord quitté le château d’Hérouville pour se rendre dans le sud de la France avec son épouse, Marie-Claude. Dix ans plus tard, il s’est donné la mort à l’âge de 54 ans en ingérant des barbituriques. Il laissa trois lettres: une pour sa femme, une pour sa fille et une dernière pour la police et son avocat. Dans son livre autobiographique L’Amour de vivre, il avait confié, « Hérouville était trop beau pour être vrai, attirait trop de convoitise, trop de jalousie et je fus puni d’être heureux. »

La résurection du studio

En 2015, plusieurs passionnés ont racheté le château et ont fait de grands frais pour le rénover. De nombreux villageois ont aussi participé activement aux travaux du château qui a permis de rendre célèbre leur petit village. Aujourd’hui, des artistes fréquentent à nouveau le domaine. Récemment, Sting, Asaf Avidan, Air ou encore Mathieu Chedid y sont venus enregistrer de la musique aux côtés des fantômes qui hantent les couloirs et studios du château d’Hérouville. Le rêve de Michel Magne est donc redevenu réalité et les pierres du château-studio auront sans aucun doute de nouvelles histoires à nous raconter.

Guillaume Picalausa

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon
Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content