Critique | Musique

Julia Stone – The Memory Machine

POP | Cette jeune Australienne a déjà enregistré 2 albums et une flopée d’EP avec son frère sous le patronyme d’Angus et Julia Stone. Pour sa première sortie solo, elle n’a pas abandonné sa voix nasillarde de canard sentimental mais privilégie des atmosphères apaisées, soit 10 ballades dépouillées, parfois crépusculaires (Lights Inside This Dream). Sur ce nid plutôt conventionnel, elle installe des textes où elle questionne raisonnablement ses propres fêlures (What’s Wrong With Me). Relevant la sauce neurasthénique d’une intervention presque entraînante comme il se doit, titrée Catastrophe. Mention particulière pour la pochette et le livret d’illus sous forme d’affiches de films imaginaires.

Julia Stone, The Memory Machine, distribué par PIAS. ***

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Ph.C.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content