Critique | Musique

Johnny Winter – Roots

BLUES | Avec Clapton et John Mayall, Johnny Winter est l’un des derniers bluesmen blancs apparus dans les sixties encore en activité.

BLUES | Avec Clapton et John Mayall, Johnny Winter est l’un des derniers bluesmen blancs apparus dans les sixties encore en activité. Ce disque est fait de reprises sans surprises, hormis peut-être le choix du Maybellene de Chuck Berry (1955). La voix de Winter, assez standard, fusionne avec les guitaristes invités sans transcender le genre: paradoxalement, c’est le benjamin du lot, Derek Trucks, 32 ans, qui met le feu aux poudres sur la reprise flamboyante de Dust My Broom, standard originellement chanté par Robert Johnson en 1936… C’est trop peu.

PH.C.

Johnny Winter, Roots, distribué par Suburban. **

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content