Critique | Musique

Critique musique : le duo Tall Dwarfs présente un recueil du rock néo-zélandais avec Unravelled: 1981-2002

4 / 5
© National
4 / 5

Album - Unravelled: 1981-2002

Artiste - Tall Dwarfs

Genre - Rock

Label - Merge

Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

En 1980, miné par des querelles internes, le groupe néo-zélandais Toy Love met la clé sous le paillasson peu après la sortie de son seul album. Toy Love n’est pas un coup d’essai. Il est né sur les cendres encore chaudes de The Enemy, l’un des premiers groupes punk du pays, notamment célèbre pour la propension à l’automutilation de son leader Chris Knox. Avec son guitariste Alec Bathgate, le fêlé enchaîne avec un nouveau groupe: Tall Dwarfs. Éthique Do It Yourself, enregistrements primitifs effectués dans des chambres, couloirs et abris de jardin… Le duo sort son premier EP en 1981. Et si on ne donne pas cher de sa peau lorsque Bathgate quitte Dunedin pour Christchurch à 750 kilomètres de là, les deux hommes continuent de se voir une ou deux fois par an pour fabriquer leurs disques et donner des concerts.

Connus pour leur utilisation d’objets du quotidien (casseroles, hochets…) et leurs percussions faites de claquements de mains, les Tall Dwarfs ont sorti sept EP et six albums, et amené une dimension expérimentale à d’irrésistibles mélodies jangle pop. Pionniers du mouvement lo-fi et de l’indie rock, ils ont profondément marqué le collectif Elephant 6 (Neutral Milk Hotel, The Olivia Tremor Control…), les débuts de Pavement et de Smog. Lorsque Knox a été frappé par une attaque en 2009 et a pratiquement perdu la parole, Yo La Tengo, Will Oldham, Jay Reatard et Bill Callahan entre autres se sont mobilisés pour un disque caritatif (Stroke: Songs for Chris Knox). Ce coffret de 55 morceaux aux allures d’anthologie résume le rock néo-zélandais dans ce qu’il a de plus artisanal

Partner Content