Critique | Musique

Critique musique : James BKS croise les genres sur Wolves of Africa

3 / 5
© National
3 / 5

Album - Wolves of Africa

Artiste - James BKS

Genre - Afropop

Label - Universal

Laurent Hoebrechts
Laurent Hoebrechts Journaliste musique

Né à Paris en 1982, d’origine camerounaise, James BKS part s’installer aux Etats-Unis au début des années 2000. C’est là qu’il commence à produire des beats pour des rappeurs comme Ja Rule, Snoop Dogg, Puff Daddy, etc. Broyé par le business à l’américaine, il finira cependant par revenir en France pour construire sa propre carrière. Mais aussi rencontrer pour la première fois son père biologique: Manu Dibango, l’un des plus grands musiciens africains du XXe siècle, décédé en 2020 du Covid, à 86 ans. De l’auteur de Soul Makossa, James BKS garde la même volonté de croiser les genres et les continents. Signé sur le label d’Idris Elba, il mélange productions hip-hop et guitares ouest-africaines, sur un premier album au casting quatre étoiles (Will.i.am, Q-Tip, Little Simz, etc.).

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content