Blurred Lines: la ligne entre plagiat et inspiration un peu plus trouble

Pharrell Williams et Robin Thicke © REUTERS
Sophie Deprez Stagiaire

Condamnés pour plagiat avec leur tube Blurred Lines, Robin Thicke et Pharrell Williams réclament un nouveau procès. Ils estiment que leur chanson n’est pas une copie de Got To Give It Up de Marvin Gaye.

Pharrell Williams et Robin Thicke ont-ils plagié Marvin Gaye? A cette question posée lors de leur procès en mars dernier, les jurés d’un Tribunal de Los Angeles ont répondu « oui ». Les chanteurs ont donc été condamnés à payer 4 millions de dollars de dommages et intérêts et 3,4 millions de dollars de compensation aux héritiers de Marvin Gaye.

Les deux artistes contestent aujourd’hui cette décision. Leurs avocats estiment que le jury constitué lors du procès a reçu de mauvaises directives et commis des erreurs. Ils déplorent également l’absence de T.I., le troisième compositeur et chanteur du morceau, qui a échappé aux poursuites. Ils ont donc demandé un nouveau procès.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Lors de l’audience, les jurés ont pu écouter et comparer les deux chansons au coeur de la polémique. D’un côté Blurred Lines, la chanson de Pharrell Williams, Robin Thicke et T.I., de l’autre une version jouée par un pianiste de Got To Give It Up, le tube du Prince de la soul Marvin Gaye. Les avocats des accusés ont trouvé que les instructions données au jury étaient insuffisantes pour bien comprendre une notion aussi complexe que le copyright.

Autre point noir lors du procès, le témoignage donné par le musicologue serait incorrect, selon la défense.

Au tribunal, Pharrell Williams s’était défendu en déclarant que « la musique soul sonne comme de la musique soul », pour expliquer la ressemblance entre les deux morceaux.

Pas sûr que les amateurs du genre musical apprécient que l’auteur-compositeur-interprète minimise la diversité de cette musique populaire apparue à la fin des années 1950 aux États-Unis et dérivée du gospel et du rhythm and blues.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Le 29 juin prochain, le juge chargé du dossier prendra sa décision: accepter ou non de lancer un nouveau procès . S’il refuse, les deux chanteurs pourront toujours faire appel de cette décision.

Partner Content