Critique | Musique

Avec « Cruel Country », Wilco dresse un état des lieux des États-Unis

3,5 / 5
© National
3,5 / 5

Album - Cruel Country

Artiste - Wilco

Genre - Country

Label - dBpm Records

Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

“Cruel Country”

Si Jeff Tweedy avait contribué au début des années 90 à écrire l’Histoire de la country alternative au sein d’Uncle Tupelo, Wilco, sans jamais renier ses origines, n’avait jamais pleinement embrassé et assumé cette musique traditionnelle si chère aux Américains. C’est chose faite avec ce double album (21 titres et un peu plus d’une heure et quart) qui dresse un état des lieux des États-Unis et reflète les sentiments ambivalents qu’ils exercent chez lui. “ I love my country like a little boy. Red, white and blue. I love my country. Stupid and cruel.” Le groupe de Chicago n’a peut-être jamais autant assumé son amour pour les Byrds, Gram Parsons et Jackson Browne.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Le 17/06 au Live is Live (Zeebruges).

Partner Content