Myriam Leroy
Myriam Leroy Journaliste, chroniqueuse, écrivain

20.30 BE SÉRIES

UNE SéRIE CBS. AVEC SIMON BAKER, ROBIN TUNNEY, AMANDA RIGHETTI.

On le prend pour un medium. Mais Patrick Jane n’a aucun pouvoir magique, aucun don d’extralucide. Il est juste attentif. Hyper attentif. A des choses dont le commun des mortels ne s’encombre pas. À un battement de cil qui fêle un regard, à un léger tressautement à l’évocation d’une situation, à la décoloration du papier peint qui dessine la silhouette d’une photo jadis punaisée sur un mur… L’homme est consultant pour le CBI, le bureau californien d’investigation, où il exerce ses talents aux côtés de flics chevronnés. Lui, il sent après un quart de seconde si on lui ment, alors tant pis s’il a une conception bien à lui du règlement, et que son culot est assorti d’une belle dose de cynisme: à la police, il est incontournable. Mais le héros a quelque chose de brisé en lui depuis l’assassinat de sa femme et de sa fille par un tueur en série dont il espère bien, maintenant qu’il est assis aux premières loges, régler le compte.

ATTACHANT

The Mentalist est LE carton phénoménal de la saison, à la télé américaine. Chaque semaine, sur CBS, l’audience de la série – qui a immédiatement trouvé son public – flirte avec les 20 millions de téléspectateurs. Pourtant, le feuille-ton ne propose rien de vraiment nouveau sous le soleil californien. Il est encore une fois basé sur le principe du tandem policier, où l’un est rigoriste, légaliste et un peu obtus tandis que l’autre est un peu chien fou. Et il propose, comme les mil-liards de CSI, FBI, Bones et Cie l’élucidation d’un crime par épisode. Avec, comme chez House, pas mal de tergiversations avant de suivre la bonne piste. Pas de quoi fouetter un chat, donc. Mais The Mentalist – outre ses paysages de rêve et son suspense non anxiogène qui devrait ravir toute la famille – a un petit quelque chose en plus qui le rend attachant: son personnage principal, joué par l’acteur australien Simon Baker qui crève littéralement l’écran. Avec ses yeux tombant sous de lourdes paupières et son large sourire triste, l’interprète de Patrick Jane propose à son beau gosse de personnage une vraie personnalité, tiraillée entre une certaine morgue et une sensibilité à fleur de peau. Il porte littéralement la série sur ses musculeuses épaules. Un divertissement effi-cace, à défaut d’êtretrès finaud.

Myriam Leroy

Partner Content