Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Die another day – Les Dodos san-franciscains s’assagissent en compagnie de Phil Ek, producteur des Fleet Foxes.

« Time To Die »

Distribué par Wichita/V2.

Il suffit de voir l’interminable tournée qui s’annonce pour eIn avoir le c£ur net. S’ils ont emprunté leur nom à un oiseau paresseux inapte au vol, les Dodos sont tout sauf des fainéants. On pourrait même plutôt parler de bourreaux de travail. Toujours au fourneau pour reprendre une expression à laquelle Meric Long est familier, lui, l’ancien cuistot de San Francisco.

Au menu de Time To Die, le troisième et nouvel album des Californiens disponible depuis maintenant un mois sur Internet dans sa version dématérialisée, on trouve surtout de la cuisine traditionnelle.

 » Si cet album était un plat, je pense qu’il s’agirait d’un cassoulet, image le chanteur des Dodos . J’en suis sûr d’ailleurs. Le cassoulet a quelque chose d’arty. Il est composé d’ingrédients classiques. Le confit de canard, les lardons, les haricots… Mais on ne s’en délecte pas en y réfléchissant. On l’apprécie dans sa globalité. Pour le mélange des saveurs. Il est difficile au premier abord de deviner la recette de Time To Die . Mais c’est bon. Et il n’y a évidemment aucune raison de se priver.  »

Pour les aider à faire la tambouille, Meric et son pote Logan Kroeber se sont adjoints les services de Keaton Snyder et de son vibraphone. Un instrument de percussions à clavier proche du xylophone.  » C’est l’incarnation physique parfaite de ce que devrait être pour moi une guitare. J’aime ses sonorités, très particulières, et le vibraphone offre pas mal de possibilités. Mais davantage encore, c’est le concept qui me plaît. L’idée de frapper sur des touches comme sur une batterie.  »

La mort dans l’âme

Les compères ont aussi embauché l’un des producteurs à la mode. En l’occurrence Phil Ek. L’homme qui se cache derrière le premier album des Fleet Foxes.  » En même temps, nous avons décidé de travailler ensemble fin 2007. Pratiquement un an et demi avant d’entrer en studio. Il a vu un de nos concerts et nous a proposé de collaborer. Le Fleet Foxes n’était pas encore sorti mais nous connaissions son travail pour Built to spill et Les Savy Sav…  »

Le son particulier du bonhomme les a séduits.  » Nous voulions en tirer avantage pour enregistrer un disque de rock poppy. Je ne sais pas si nous y sommes parvenus mais l’idée était d’arriver avec des chansons pleinement abouties et non plus des idées inachevées. D’autant que pour la première fois, nous avons pu prendre notre temps. »

Les Dodos restent convaincants sur scène, leur domaine de prédilection, mais ils ont perdu de leur folie dans l’histoire. Fait une croix sur les finals psychédéliques. Une petite mort?  » Chaque fois que le mot death apparaît sur l’album, il est synonyme de renaissance. Il représente moins la fin d’une chose que le début d’une autre. »

www.myspace.com/thedodos

En concert au Botanique (Bruxelles) le 08/09, au Grand Mix (Tourcoing) le 18/11, au Trix (Anvers) le 21/11.

Julien Broquet

Partner Content