Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Scénarisé par une bloggeuse, Juno, portrait d’une ado américaine en cloque, pourrait accoucher de l’un ou l’autre Oscar.

Dirigé par Jason Reitman, le réalisateur de Thank you for smoking, il est déjà présenté comme le Little Miss Sunshine de 2008. Juno, c’est l’histoire drôle et touchante d’une adolescente rebelle. Une jeune fille de 16 ans au caractère bien trempé, enceinte et qui décide d’accoucher. Même si c’est pour confier son bébé à un couple de parents adoptifs trouvé dans une gazette locale.

Portrait d’une grossesse non désirée brossé avec humour et tendresse, Juno ne serait sans doute jamais né sans Internet. Son scénario est l’£uvre de Diablo Cody. Une romancière au passé sulfureux découverte via son blog par le producteur Mason Novick. Brook Busey-Hunt, son vrai nom, fait ses débuts sur le Web avec un blog appelé Red Secretary, le faux journal d’une secrétaire. Strip-teaseuse pendant un an (elle bossera ensuite comme hôtesse de téléphone rose), elle raconte sur un autre carnet de bord virtuel, Pussy Ranch, son expérience dans les clubs et les peep-shows. Le producteur Mason Novick est séduit par son style caustique, sincère et en phase avec son époque. Il la lit pendant six mois. Puis lui suggère l’écriture d’un scénario.

D’apparence réservée mais pleine de répartie et d’aplomb, Juno est le fruit de sa vie et de son imagination. Cody tape juste. Dépeint avec tendresse une gamine mature et gentiment cynique. Une sorte d’Holden Caulfield (le personnage principal de L’Attrape-c£urs de Salinger) avec un polichinelle dans le tiroir.

A l’heure qu’il est, la scénariste termine une mini-série produite par Steven Spielberg: The United States of Tara. Et Juno est nominé aux Oscars dans quatre catégories: meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure actrice et meilleur scénario original.

Il faut dire que tout s’imbrique pour confier au deuxième long métrage du fils Reitman cet univers typé, charmant, singulier et vivifiant. La jeune comédienne canadienne Ellen Page ( Hard Candy, X-Men, l’affrontement final) est incroyable dans le rôle de l’adolescente. Les dialogues sont piquants. Les découpages intelligents. Et la musique de Kimya Dawson (la moitié d’Adam Green au sein des défunts Moldy Peaches) colle à merveille au projet.

Juno fait du bien. C’est un vent de fraîcheur, un remède à la morosité et au pessimisme. De quoi surfer sur les bonnes vibrations en attendant le printemps.

u www.foxsearchlight.com/juno u www.diablocody.blogspot.com

JULIEN BROQUET

Partner Content