Michel Verlinden
Michel Verlinden Journaliste

On the road again – Chien errant de la photographie, Manolo Chrétien a parcouru les Etats-Unis entre 2001 et 2008. Il en ramène un instantané tout sauf triomphant.

À la Galerie Taïss, 5, rue Debelleyme, à 75003 Paris. Jusqu’au 31/07.

Il faut l’imaginer avec des écouteurs sur les oreilles. Manolo Chrétien arpente les States en musique. Massive Attack, Archive, Portishead, Radiohead ou Tuxedomoon constituent la bande-son atmosphérique de ses errances. Ce climat sonore se superpose à tout ce que son objectif capte. On nage en plein road-movie photographique, sorte d’hyper balade hallucinée. C’est un autre regard sur l’Amérique que Chrétien donne à voir à travers son périple digne de Kerouac. Ici, des fils électriques et des feux de signalisations rayent le ciel bleu à en donner le vertige. Là, des routes qui se chevauchent de façon surréelle bouchent l’horizon. Ailleurs, des vieilles carcasses de voitures ou d’avions agonisent au soleil. On est loin du  » Yes, we can » avec ces clichés qui donnent à voir une réalité paroxystique, au pire déshumanisée, au mieux rattrapée par une nature avide de revanche. L’homme est une sorte d’intrus dans ces images. Un étranger condamné au nomadisme perpétuel.  » Must Move« , peut-on lire sur les vitres d’une vieille maison en vente à League City. Pas étonnant que l’affiche ait fourni son nom à l’exposition.

States of mind

Depuis qu’on l’a vu exposé à la Young Gallery en 2006, on suit le travail de Manolo Chrétien de près. A l’époque, sa série Juste-Ciel avait tapé dans le mille en exhibant carlingues et fuselages d’avion. Peu convaincu sur papier, on a pourtant rapidement décollé à la verticale devant cette ode à l’aluminium déclinée par ce photographe dopé au kérosène. Impossible de ne pas partager la puissante fascination pour les tôles d’aluminium éclatantes en plein soleil. A ce titre, Must Move apparaît comme une série très cohérente par rapport à l’ensemble de son £uvre. On y retrouve l’esprit de ce que le photographe appelle ses « aluminations », un mot-valise désignant un mélange basé sur la trilogie « aluminium-hallucination-illumination ». De Texas City et ses raffineries de pétrole à New York traqué dans le moindre reflet métallique, en passant par les cimetières d’avion de Tucson, les Etats-Unis jettent leurs derniers feux dans la bataille de la civilisation. Bien malin qui pourra dire comment tout cela va se terminer. Dans les pleurs, sans doute…

www.taissgalerie.com

Michel Verlinden

Partner Content