Nadine Monfils
Nadine Monfils Écrivain et journaliste livres

De Christophe Genin, éd. Les impressions nouvelles, 189 pages.

« Ce n’est pas son art qui dérange, c’est le support. » Quand Miss Tic fait l’affiche de Chabrol pour La femme coupée en deux, tout le monde l’apprécie. En quoi se distingue-t-elle des tagueurs? Ses procédés diffèrent dans sa manière de faire, ses intentions, ses moyens et ses fins. Le tag répond à 3 contraintes: être vu, être risqué et être dominant. Miss Tic s’oppose à cela et £uvre seule, même si elle est assistée. C’est une vraie artiste des rues, tout comme Jean-Michel Basquiat ou Keith Haring. Le temps nous dira si elle sera un jour reconnue à sa juste valeur.  » Le temps est un sérial qui leurre« , écrit-elle. Son £uvre nous renvoie à notre image. C’est un miroir, plus qu’un reflet d’elle-même. Elle n’est pas dans le ressentiment, ni dans la dénonciation aiguë, constate Chistophe Genin, tombé « amoureux » devant cette belle femme en porte-jarretelles, dessinée sur le mur de la rue de l’Espérance à Paris sous lequel elle a écrit  » je serai ta gueuze…  » et c’est elle qui se fait taguer, parce que c’est la guerre entre les pochoirs et les graffitis. Il dit encore qu’elle ne s’attarde pas sur ses traces, mais ouvre un chemin qu’elle nous invite à suivre dans son avancée poétique. Il affirme qu’elle a surmonté ses colères par l’humour et ses doutes par la création. Mais si c’était vraiment le cas, créerait-elle encore? Le tort des analystes de l’art est souvent de penser à la place des artistes et de prêter aux £uvres des intentions la plupart du temps ignorées des créateurs eux-mêmes.  » A Lacan ses lacunes…  » Dans ce cas-ci, c’est fait avec amour et comme  » on ne radine pas avec l’amour » , gardons la sève.  » La manque c’est un oiseau qui cherche ses ailes » , pense Miss Tic. C’est même l’essence de la création et qu’elle cherche toujours ses ailes. Pour le plus grand plaisir des yeux et de l’esprit. Vive l’art dans la rue! Qu’il reste libre – car  » la censure est la formule ratée de la critique » .

Nadine Monfils

Partner Content