Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Megapuss à l’oreille – Avec Surfing, disque enregistré entre amis, Devendra Banhart confirme qu’il n’est plus dans le creux de la vague.

MEGAPUSS

« Surfing »

Distribué par Vapor Records.

Troubadour des temps modernes, Devendra Banhart semble décidément inépuisable. Pour peu (ben oui, c’est la crise), le néo-hippie sortirait plus d’albums que certains aujourd’hui en vendent. Déjà extrêmement prolifique sous son nom, féru de collaborations (Vashti Bunyan, CocoRosie, Antony and the Johnsons, Bert Jansch, Cibelle…), le plus charismatique des barbus du folk (avec tout le respect qu’on doit à Bon Iver et aux Fleet Foxes) s’est acoquiné du multi instrumentiste Greg Rogove pour mettre en boîte le premier album de Megapuss.

Membre du trio Priestbird, Rogove a grandi à Lancaster, en Pennsylvanie. Le pays des amish. A personnages décalés, univers décalé. Il faut quand même le sens de l’humour pour calquer une de ses guitares sur le solo de saxophone du Careless Whisper cher à Wham et intituler une de ses chansons Adam et Steve. C’est dans la tenue du premier, nus comme des vers, que les deux lascars posent sur la pochette de leur disque. Plaque à laquelle ont notamment contribué le fidèle Noah Georgeson, le comédien Aziz Ansari (vu dans Human Giant sur MTV ou encore le feuilleton Flight of the Conchords qu’on a pu découvrir sur Be TV) et Fab Moretti. Le batteur des Strokes déjà sorti de l’ombre et de sa torpeur avec son sympathique projet Little Joy.

La joie, elle est plutôt immense en fait de retrouver Banhart en pareille forme après le décevant Smokey Rolls Down Thunder Canyon. Surfing est un disque foufou, frais, taré, qui sent bon la jam enfumée et les soirées passées à picoler autour d’un feu sur Venice Beach. Surfing, c’est l’Amérique du Sud qui rencontre le psychédélisme californien. Le bonheur de déconner entre potes au pays des pimpins ( Theme from Hollywood) et le plaisir de balancer un petit uppercut à la mâchoire des politiciens ( A Gun on his hip and a rose on his chest).

Loin dans la forêt

Après avoir délaissé le folk intimiste de ses débuts pour une musique ensoleillée et communicative (parfois vaine), le natif de Houston semble avoir retrouvé l’équilibre. Quatorze titres… Comme d’hab, l’ami Devendra n’a pas lésiné sur la quantité. Il semble toujours loin dans la forêt (par hasard, le barré Mister Meat) mais évite habilement les pièges des disques trop chargés. A la fois héritier de Nick Drake et de Syd Barrett, l’ex de Natalie Portman (ça c’est pour la touche people) évoque les tabous moraux et sexuels, rend hommage au rocker défunt Bo Diddley. Megapuss, prétendent-ils, lui et ses bros, est comme la seconde moitié de Joe vs The Volcano. Dans ce film avec Tom Hanks et Meg Ryan, un homme détestant son travail et n’ayant plus que six mois à vivre reçoit la visite d’un excentrique milliardaire lui proposant de terminer sa vie sur un coup d’éclat. Sûr que Devendra a encore plus d’un disque sous le bras.

www.myspace.com/megapusswww.megapuss.net

Julien Broquet

Partner Content