Philippe Cornet
Philippe Cornet Journaliste musique

RÉÉDITION D’UN ALBUM DISPARU ASSORTI D’UN DISQUE D’INÉDITS DE SHUGGIE OTIS, MINI-LÉGENDE AMÉRICAINE BLACK SEVENTIES, RÉVÉRÉ PAR PRINCE ET SAMPLÉ PAR BEYONCÉ.

SHUGGIE OTIS

DOUBLE CD « INSPIRATION INFORMATION/WINGS OF LOVE »

DISTRIBUÉ PAR SONY MUSIC.

****

Au recto de la pochette, portrait vaporeux d’un jeune Afro-Américain à la peau claire, imberbe et rêveur. Au verso, le visage s’est creusé de sillons graves, les cheveux ont grisé. A pratiquement quatre décennies d’écart, voilà le chanteur et multi-instrumentiste Shuggie Otis via un double CD reprenant son album Inspiration Information sorti à l’automne 1974, agrémenté de quatre bonus, plus un second disque, Wings Of Love,totalement inédit. David Byrne avait déjà ressorti Inspiration Information sur son excellent label Luaka Bop en avril 2001, rallumant la flamme pour ce Mozart blues: Shuggie joue dès l’âge de deux ans et il en a douze lorsqu’il accompagne professionnellement son père, Johnny Otis, musicien-impresario, rejeton de parents grecs, qui a choisi le « camp black ». A 15 ans, le prodige métisse jamme avec Al Kooper, impressionne B.B. King, puis enchaîne des sessions avec Frank Zappa et Etta James.

Influencé par la soul psyché de Sly Stone et Hendrix, le voilà à 16 ans (…) enregistrant son premier album solo perso! C’est son troisième, Inspiration Information, celui qui nous concerne, qui fait date en 1974. Les neuf titres baignent dans un jus de soul soignée avec des arrangements vernis à ongles, typiques de l’époque. Fender Rhodes caressant, riffs de guitares sauce miel, cordes chavirées dans un grand paquebot de luxure promise: du mirage rhythm’n’blues à tous les étages. Ce qui étonne, c’est la voix qui part sur des terrains de sexualité ambigüe, où le frotti-frotta n’est jamais que la suite géométrique du coup de reins convivial. La voix donc, et même l’emballage autour, rappellent des contemporains de Shuggie, le duo (blanc) Hall & Oates de Philadelphie. Devenu fameux avec Abandoned Luncheonette, sorti un an avant Inspiration Information où Otis fait néanmoins preuve d’un sens aggravé du baroque et des vagabondages instrumentaux, comme dans le spécial-spatial XL-30 ou cet AHt UH Mi HeD (sic) annonçant la future fièvre disco. Climats moites et complices: l’affaire impressionne d’autant plus que le musicien a produit l’album et l’a joué quasi intégralement en solo avec un sens aigu des couches empilées et dilatées de plaisir. Le disque, échec commercial (n°181 dans les charts US), amène le label Epic à rompre le contrat d’Otis qui ne parviendra plus à boucler d’album au cours des trois décennies suivantes. Les quatre bonus du premier CD et les quatorze inédits du deuxième -baptisé Wings Of Love- ont été enregistrés entre 1971 et 2000: plus brouillons, plus composites, ils n’ont pas la classe mature d’Inspiration… même si les solos de guitare de Shuggie -sur Wings Of Love ou Give Me A Chance- ont logiquement dû bluffer le futur Prince. Et consorts.

PHILIPPE CORNET

Partner Content