Daisy Miller – Texasville – The Great Buster: A Celebration

Daisy Miller © DR

Dandy maudit du Nouvel Hollywood dont le travail s’est toujours situé au confluent de la célébration d’un âge d’or classique et de la modernité, l’immense Peter Bogdanovich est décédé le 6 janvier dernier à l’âge de 82 ans. Bien inspirées, les éditions Carlotta lui rendent aujourd’hui hommage en sortant trois de ses longs métrages restés jusqu’ici inédits en Blu-ray. Le premier est une adaptation extrêmement fidèle d’une nouvelle de Henry James. Entièrement construit autour de l’actrice Cybill Shepherd, dont Bogdanovich s’est follement épris lors du tournage de The Last Picture Show trois ans plus tôt, le film situe à la fin du XIXe siècle le récit du voyage à travers l’Europe d’une Américaine dont la liberté excentrique pose problème à l’aristocratie locale. Sorti en 1974, Daisy Miller fait figure de pur anachronisme dans le paysage cinématographique US de l’époque. Mal reçu, il marquera un coup d’arrêt brutal dans l’ascension jusque-là fulgurante de son réalisateur. Très systématique dans son jeu d’oppositions entre Daisy et son prétendant (l’élan vital et l’innocence de l’une contre la raideur et la solennité de l’autre), il met pourtant en scène avec beaucoup d’intelligence et de sensibilité le dialogue impossible entre le Nouveau Monde et le Vieux Continent, mais aussi l’incommunicabilité tragique entre les hommes et les femmes.

© National

Ce dernier thème traverse l’ensemble de Texasville, réalisé seize ans plus tard par un Bogda alors au bord de la banqueroute. Suite directe de The Last Picture Show, son inusable chef-d’œuvre, le film prend la forme d’une quasi-comédie du remariage hantée par les motifs du cinéma de John Ford. Si l’ensemble manque parfois de fluidité, il n’en fait pas moins le portrait vibrant d’une communauté à l’épreuve du temps, Bogdanovich jetant un voile désenchanté sur l’existence de ses personnages non sans réaffirmer dans un même geste le pouvoir guérisseur du cinéma.

© National

Réalisé en 2018, The Great Buster: A Celebration restera, quant à lui, comme l’ultime long métrage du maître. Documentaire retraçant la vie et la carrière de Buster Keaton, figure mythique du cinéma burlesque, il voit Bogda, grand cinéphile devant l’Eternel, se faire plaisir en adorateur absolu du génie intemporel de Keaton. Rythmé et virevoltant jusque dans sa voix off, le film multiplie les témoignages de cinéastes majeurs (Tarantino, Herzog, Mel Brooks…), tous au service, comme le titre l’indique, d’une pure célébration. Et, accessoirement, d’un vrai régal de cinéma.

Daisy Miller

Drame de Peter Bogdanovich. Avec Cybill Shepherd, Barry Brown. 1974. 1 h 31. Ed: Carlotta.

7

Texasville

Comédie dramatique de Peter Bogdanovich. Avec Jeff Bridges, Cybill Shepherd. 1990. 2 h 05. Ed: Carlotta.

7

The Great Buster: A Celebration

Documentaire de Peter Bogdanovich. 2018. 1 h 41. Ed: Carlotta.

8

© National

Partner Content