Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Au foot, il jouait gardien de but. Au cinéma, avec L’Année où mes parents sont partis en vacances, il fait rimer enfance et ballon rond sur fond de dictature.

« J ‘avais 8 ans quand a eu lieu la Coupe du Monde de football au Mexique. Pour un enfant brésilien, une première coupe est un événement inoubliable. Ma génération a eu la chance de voir cette équipe (avec Pelé, Gerson, Tostao, Rivelino), qui est considérée comme la plus grande de tous les temps…  » Les yeux de Cao Hamburger brillent lorsqu’il évoque ces souvenirs heureux. Mais une certaine tristesse les envahit très vite:  » En même temps, je me rappelle une époque grise, mystérieuse où les gens ne pouvaient pas dire ce qu’ils pensaient à cause de la situation politique. Ces deux choses ont l’air contradictoires: d’une part, la tension et la tristesse de la dictature, et de l’autre, la joie et l’éclat de cette équipe de Coupe du Monde. J’ai utilisé ces deux éléments du film comme une métaphore de la vie. Même dans une situation aussi noire, il peut y avoir un peu de bonheur et d’éclat! »

Celui qui fut « goleiro » (gardien de but) dans ses jeunes années, et qui porte désormais bien haut les couleurs du meilleur cinéma brésilien, vient d’écrire et de réaliser L’Année où mes parents sont partis en vacances. Un film drôle et attachant chroniquant le passage de l’enfance à l’adolescence d’un gamin de 12 ans livré à lui-même dans le quartier juif de Sao-Paulo après que ses parents, opposants à la dictature militaire, ont dû prendre le chemin de l’exil. Le cinéaste aux allures de costaud baroudeur qu’on pourrait imaginer en personnage d’un film de Peckinpah, fait montre derrière la caméra d’une sensibilité remarquable et d’une belle subtilité dans le portrait d’un « exilé intérieur » qui va devoir apprendre tout à la fois sa différence et le sens de la collectivité dans une rue brésilienne où se côtoient et s’entraident des personnes de toutes origines.

 » J’aime cette idée d’un pays qui lutte ensemble pour une bonne cause, pour la victoire sportive mais aussi pour la liberté« , commente Cao Hamburger qui voit dans le peuple brésilien  » un exemple offert au monde, celui d’une vie pacifique et harmonieuse entre les différentes cultures: au Brésil, on arrive à vivre ensemble sans trop de conflits en valorisant la différence de chacun plutôt qu’en la méprisant « . Celui qui s’est spécialisé, durant ses dix années de travail à la télévision d’abord puis au cinéma, dans le domaine de l’enfance, considère la création d’un film comme  » un processus d’apprentissage global: on apprend des choses techniques mais aussi à se connaître soi-même. Ce film a été une expérience très forte pour moi car j’y ai repris contact avec mes racines, avec mon enfance et en même temps ce fut un rite de passage au monde adulte car je travaillais beaucoup avec des enfants et j’ai fait un film pour adultes. D’une certaine manière, ce fut ma barmistzvah! « .

L’Année où mes parents sont partis en vacances est sur nos écrans depuis cette semaine.

LOUIS DANVERS

Partner Content