Au coeur de Molenbeek – Molenbeek, génération radicale?

Molenbeek a-t-elle enfanté des monstres? Est-elle vraiment le berceau du djihadisme en Europe? © © DR
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

DOCUMENTAIRE DE CHERGUI KHARROUBI ET JOSÉ-LUIS PEÑAFUERTE.

7

Deuxième place au classement peu enviable de commune la plus pauvre de Belgique. Plus de 15 000 habitants au kilomètre carré.

Décrochage scolaire inquiétant. Taux de chômage des moins de 25 ans qui flirte avec les 45 %. Bienvenue à Molenbeek-Saint-Jean. Considéré par beaucoup, depuis un an et les attentats parisiens du 13 novembre, comme la base européenne du djihadisme.

La frénésie passée, deux réalisateurs bruxellois d’origine étrangère, Chergui Kharroubi (sociologue de formation) et José-Luis Peñafuerte, ont décidé d’aller en juger par eux-mêmes et de voir, par-delà l’écran de fumée médiatique, ce qu’il en était vraiment. Ils débarquent dans des quartiers vivants, bouillonnants et rencontrent quelques-uns de ceux qui les pratiquent au quotidien. On y croise un historien, l’auteur de In Molenbeek, qui plaide pour une version humaniste de la société. Jamal, un imam qui a dû faire face à un attentat mais aussi aux recruteurs de Daech. Puis aussi le premier policier maghrébin de Belgique, un pratiquant, qui a vu s’émanciper cet islam qui refusait l’autre. Un double champion du monde de kickboxing et ses parents. Ou encore Mourad qui a tiré trois ans à Guantanamo après avoir été suspecté d’actes terroristes et aujourd’hui partage son histoire dans des écoles.

Intelligent, profondément humain, Molenbeek, génération radicale jette un regard différent sur cette petite commune bruxelloise que tout le monde se plaît à montrer du doigt. Cette cité au passé industriel séparé du coeur de la capitale par ce canal jadis source de prospérité. L’un évoque une « situation qui pourrit depuis le début de l’immigration ». L’autre déplore le manque de mixité qui mène à l’intolérance. Cette intolérance qui fait qu’on crache sur le mec qui mange pendant le ramadan ou insulte la femme qui n’est pas voilée. Depuis le début du conflit en Syrie, 614 jeunes sont partis depuis la Belgique. Tout le monde à Molenbeek connaît de près ou de loin quelqu’un qui est mort là-bas. « Ce qui fait qu’on ne peut pas rester indifférent. Ne serait-ce que parce qu’on a partagé les bancs de l’école. Parce qu’on s’est construits ensemble. » Un éducateur et une poignée d’enfants dont un rappeur en herbe servent de fil rouge à ce regard lucide balayé par un vent d’espoir. Molenbeek, génération radicale sera suivi d’un débat citoyen mené par Hadja Lahbib et Jérôme Colin. Puis par la série documentaire Molenbeek pour laquelle Eric Goens s’est immergé pendant 100 jours dans la commune.

JULIEN BROQUET

Partner Content