Philippe Cornet
Philippe Cornet Journaliste musique

DISTRIBUÉ PAR WARNER.

8

Même s’il y manque ses deux derniers essais studios (Brussld et Future Vintage), le A poil commercial de 1999 et le classique A la française -remplacé par sa version concert-, ce coffret de douze albums, plus un CD bonus et un DVD, est bien la discographie la plus complète jamais parue sur Arno. Vaste entreprise qui remonte à l’Arno inaugural de carrière solo en 1986, poussant à la redécouverte de plages présumées oubliées, comme When The Rock et sa giclée spleen de Noël. Comme divers autres moments antérieurs à A la française -disque présidant dès 1995 à un plus large succès commercial-, c’est-à-dire un cabaret de bluesy-rock-chanson vitupérant. Période au mitan des 90’s qui clôt aussi la prolongation de l’histoire TC Matic, notamment son partenariat avec le brillant guitariste Jean-Marie Aerts. Rétrospectivement, la belle surprise du lot est sans doute Idiots savants, album « américain »de 1993, rendant au passage hommage à Adamo (Les Filles du bord de mer)et Dirk Schoufs, moitié de Vaya Con Dios overdosée en 1991 (Funky You’re Not).Avec toujours une impression persistante: Arno a du mal à multiplier les « grands calibres »,ceux qui le sortent du prototype de performer coloré. Il glane pourtant au fil du temps des moments d’envergure (Les Yeux de ma mère, Le Tango de la peau, Lonesome Zorro, Mon sissoyen) mais toujours avec la difficulté de réussir l’intégralité d’un album matriciel. Lorsqu’Arno s’empare d’un classique ou d’une simple mélodie forte, il transcende les limites de son propre personnage: c’est le sens de ses reprises d’Adamo (Les Filles du bord de mer),Brel (Le Bon dieu)ou TC Matic (Putain Putain). Arno chante Vive ma liberté et s’en accorde la licence via des side-projects dont le meilleur des trois -tous insérés ici- est Charles & Les Lulus. L’album éponyme de 1991 garantit une réjouissante ponction de blues primitif, intégrant un titre du héros perso Captain Beefheart (Gimme That Harp, Boy), avec le même grognement vocal, anthracite et foetal. On retrouve ce truc décharné sur plusieurs plages du CD bonus, 19 titres rares et duos. Vraiment rare, le Do The Kangaroo, enregistré en 1981 par TC Matic sous le patronyme de La La. Un peu moins rauques, mais plus attachantes, les relectures bien senties de Moustaki (Sarah)Abba (Knowing Me Knowing you) et, last but not least, du splendide Moments des Kinks en compagnie du mec qui l’a écrite et chantée, Ray Davies. En 1971, alors qu’Arno se demandait, à part fumer des joints, ce qu’il allait bien pouvoir foutre de sa vie. Celle-ci est aussi résumée dans ce box via un DVD de 17 clips et d’un concert live à Ostende en 2009, plus un livret de 96 pages, que l’on n’a pas vus, ces parties-là de l’ensemble n’étant pas encore disponibles au moment de mettre sous presse.

PHILIPPE CORNET

Partner Content