Critique | Livres

Viet Thanh Nguyen – Le Sympathisant

Marie-Danielle Racourt
Marie-Danielle Racourt Journaliste livres

ROMAN

de Viet Thanh Nguyen, traduit de l’anglais (États-Unis) par Clément Baude, Éditions Belfond, 504 pages. ****(*)

Viet Thanh Nguyen - Le Sympathisant

« Je suis un espion, une taupe, un homme au visage double. » Né en 1945 dans une région dirigée par Hô Chi Minh, le narrateur de cette fresque historique est récupéré à l’âge de neuf ans par un agent de la CIA pour devenir plus tard, après des études dans un collège américain, aide de camp d’un général sud-vietnamien. Mais en 1975, la débâcle de Saïgon impose un nouveau départ à ce bâtard né d’une mère vietnamienne et d’un prêtre catholique. Traité de « demi-citron », il éprouvera autant d’empathie pour ses frères ennemis que pour ses frères d’armes. Il ne pourra jamais être que « sympathisant » et non révolutionnaire, sa dualité l’empêchant d’être un partisan incorruptible. Il sera un agent au service des Viêt-congs, infiltré dans le régime du Sud. Et quand il est fait prisonnier dans un camp du Nord lors d’une mission de reconnaissance dans son pays, sa volonté « naturellement prédisposée à la compassion » semble vaciller… C’est sa confession que Viet Thanh Nguyen, Vietnamien arrivé aux États-Unis comme boat people, nous fait lire, censément rédigée pendant les trois années passées dans ce camp de rééducation: un témoignage admirable, une méditation sur le concept d’identité éclatée et sur les enjeux de la révolution. Mais aussi une critique féroce de l’Amérique, entre autres grâce à une analyse circonstanciée du film Apocalypse Now. Prix Pulitzer 2016, ce premier roman traduit de l’anglais interpelle et dérange. Car au-delà de la guerre du Viêtnam, tant de fois évoquée, c’est ici la conscience d’un homme « double », posant son regard sur cette sale période, qui est décryptée.

Partner Content