Décès de la romancière Françoise Mallet-Joris à l’âge de 86 ans

Françoise Mallet-Joris. © Belga
FocusVif.be Rédaction en ligne

La romancière Françoise Mallet-Joris, l’auteur du « rempart des Béguines », est morte à l’âge de 86 ans, a annoncé à l’AFP le romancier et journaliste Pierre Assouline, qui lui avait succédé à l’Académie Goncourt.

La romancière franco-belge, qui avait reçu le Prix Fémina pour « L’empire céleste » en 1958, était membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique depuis 1993.

Admiratrice de Colette, François Mallet-Joris a notamment écrit des récits autobiographiques comme « Lettre à moi-même », « La maison de papier », un de ses grands succès, sur ses démêlés familiaux et domestiques, ou « La double confidence », autour de sa mère.

Elue en 1971 à l’Académie Goncourt, qui décerne chaque année le célèbre prix littéraire éponyme, elle en fut membre jusqu’en 2011. « Françoise avait vraiment une sensibilité qui a beaucoup compté pour influencer les choix des académiciens (du Goncourt), les inciter à lire des livres vers lesquels ils ne seraient pas allés spontanément », s’est souvenu Pierre Assouline.

Mariée trois fois, cette grande fumeuse aux yeux bleux et aux cheveux blonds a eu quatre enfants. Elle avait bousculé le milieu littéraire en se passionnant pour la chanson de variétés et le show-business, écrivant notamment des textes comme « La Parisienne » (1976) pour la chanteuse Marie-Paule Belle, avec laquelle elle a longtemps vécu. « Je lui dois tout… Je suis née une deuxième fois grâce à elle. Je ressens une peine immense », a confié, en sanglots, son ancienne compagne contactée par l’AFP.

Féministe, Françoise Mallet-Joris « a eu une grande audience notamment chez les femmes mais pas que chez les femmes », a souligné Pierre Assouline. « Ce n’était pas qu’une romancière pour femmes, contrairement à ce que l’on a pu dire en raison de ses engagements féministes », a-t-il ajouté.

Partner Content