Pour ce deuxième Focus Brolcast de l'année 2015, nous revoilà encore à parler d'humour d'une façon qui n'était pas prévue au départ. Quand l'invitation lui a été lancée en décembre, nous pensions en effet essentiellement bavarder avec Myriam Leroy de choses plutôt légères et amusantes: poser la question du trop-plein de chroniqueurs dans les médias, rigoler de la programmation voulue comique de la RTBF, se foutre de la balle de certaines figures du milieu belgo-LOL en général et de Twitter en particulier. Dieudonné, on en aurait reparlé tout à la fin, presque pour meubler.

C'était sans compter qu'entre le moment où Myriam a accepté de nous rencontrer et celui de l'enregistrement en studio, des types armés se sont invités à une réunion de rédaction de Charlie Hebdo pour y commettre un carnage. Le monde médiatique a ensuite complètement basculé dans l'un de ces délires fiévreux réguliers où se publie tout et son contraire; où experts, chroniqueurs et débiles de service se bousculent tous devant les micros pour donner à un public qui n'est pourtant demandeur de rien un avis le plus souvent confus, voire carrément stupide.

Qui aurait pu prévoir ça? Qui aurait pu penser que c'est suite à l'assassinat de mecs qui dessinaient des bites et non pas à cause d'un missile russe sur Kiev que nous traverserions cette grosse zone de turbulences sociétale et géostratégique dans laquelle nous sommes désormais embourbés depuis 3 semaines? Ben Myriam, justement, éventuellement. Vous n'êtes pas en effet sans ignorer qu'il y a un peu plus d'un an, notre consoeur avait elle-même été menacée de mort suite à une chronique sur Canal+ où elle invitait Dieudonné à se carrer bien profond son avis sur la Shoah. L'affaire a pu paraître quelque peu fantasque mais elle était en fait assez sérieuse pour ne pas décrisper la police. Myriam Leroy n'en a avait jusqu'ici jamais franchement parlé et, vu le contexte, il nous était difficile de ne pas évoquer ce signe éventuellement avant-coureur au moment de se poser derrière les micros. Mais rassurez-vous: on rigole aussi des coulisses de Canal+, de la précarité des jeunes journalistes qui expliquerait et excuserait toutes leurs conneries, du trop-plein de chroniqueurs dans les médias, de la programmation voulue comique de la RTBF et de la balle de certaines figures du milieu belgo-LOL en général et de Twitter en particulier. Business presque as usual, donc. (sc)