En 2004, un malaise cardiaque met fin de manière précipitée à la plus joyeuse tournée de David Bowie. Le concert du Thin White Duke au festival Hurricane, en Allemagne, le 25 juin de cette année-là, ne sera pas juste le dernier du Reality Tour. Il restera son dernier tout court. Si un bout de lui s'en est définitivement allé dans les e...

En 2004, un malaise cardiaque met fin de manière précipitée à la plus joyeuse tournée de David Bowie. Le concert du Thin White Duke au festival Hurricane, en Allemagne, le 25 juin de cette année-là, ne sera pas juste le dernier du Reality Tour. Il restera son dernier tout court. Si un bout de lui s'en est définitivement allé dans les environs de Brême, Bowie n'en a pas pour autant pris sa retraite. Durant la fin de sa vie (entre 2011 et le funeste 10 janvier 2016), il a même sorti certaines de ses oeuvres les plus étranges. Deux albums et une pièce de théâtre à travers lesquels il a exploré son passé et son avenir. Après avoir raconté le chanteur dans les années charnières de sa carrière (Bowie en cinq actes), Francis Whately lève le voile sur les cinq dernières de sa vie. Dont l'enregistrement de The Next Day et de Blackstar, oeuvre testament sortie deux jours seulement avant son grand départ. Mais aussi la création de la comédie musicale Lazarus, mise en scène à New York quelques semaines plus tôt. Les secrets étaient bien gardés mais aujourd'hui, ses proches collaborateurs racontent. Le jusqu'au-boutisme, la maladie qui le ronge... "Il pouvait revenir enregistrer une seule phrase. Il essayait beaucoup de choses, travaillait sa condition physique pour se remettre en forme comme un sportif", explique son producteur historique Tony Visconti. "Les séances étaient très courtes. À 18 heures, on arrêtait quoi qu'il arrive. Parfois même plus tôt. Ce n'était pas le David avec lequel j'avais l'habitude de travailler", éclaire son guitariste Earl Slick. Un touchant documentaire crépusculaire...