C'est sans doute une question de cycles. Ceux qui suivent la production électronique française l'auront certainement remarqué: depuis quelque temps, elle a opéré un virage à 180 degrés par rapport à ses anciennes obsessions. A l'hédonisme de la fameuse French Touch 1.0 (Daft Punk, Cassius, Superdiscount...) et aux bourre-pifs électro de la deuxième vague (Ed Banger, Justice) a désormais succédé le romantisme cotonneux d'une nouvelle génération d'artistes.
...