Odezenne, les nouveaux héros de la French pop indé?

29/10/18 à 10:33 - Mise à jour à 10:33
Du Le Vif Focus du 25/10/18

Joueur, Odezenne provoque la chance sur son nouvel album, Au Baccara. Et touche le pactole, en sublimant la mélancolie ambiante, dansant joyeusement au bord du gouffre. Rencontre.

D'abord il y a le chaos. C'était il y a trois ans. "Le jour même de la sortie de l'album, on donnait un concert à Rennes, raconte Alix Caillet, un tiers d'Odezenne. Tout roule, on a la cover des Inrocks, Konbini parle de nous dès qu'on bouge le petit doigt, etc. Tous les indicateurs sont au vert. Chez Tôt ou Tard, notre label de l'époque, ils s'imaginaient déjà vendre des camions entiers de l'album, disque d'or en deux mois (sourire). Ce soir-là, on est donc sur scène, complètement déconnectés de la réalité. Le concert se passe à merveille. Mais quand on retourne en coulisses, tout le monde tire la tronche. On ne comprend pas, on se demande ce qu'on a bien pu foirer. Et puis, là, on nous explique en gros que c'est la guerre à Paris." Nous sommes le 13 novembre 2015. Le jour des attentats au Stade de France, sur les terrasses des 10e et 11e arrondissements, et au Bataclan. "C'est d'abord la stupeur. Puis, dès le lendemain, commence un deuil national qui va bien durer quasi un mois. Et là, tu ne peux plus parler de musique. Cela devient indécent. Tout s'arrête net."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires