Qu'on l'adore ou qu'on le déteste, il est impossible de rester indifférent au grand gourou Sébastien Tellier. À la rédac de Focus, les avis sont d'ailleurs partagés, et le monsieur suscite régulièrement le débat. Alors quand, quelques mois à peine après la sortie de Confection, le barbu pop décide de choisir le magazine pour faire découvrir son album à l'avance, on est forcément flattés.

Pour son nouvel album, qui s'intitule donc L'Aventura, Sébastien Tellier explique qu'il a "souhaité réécrire (son) enfance. J'ai choisi de situer cette aventure au Brésil, pays de splendeur et de joie à l'âme éternellement enfantine." Un trip pas tellement moins mystique que celui de My God Is Blue qui a été enregistré entre Paris et Rio de Janeiro, où il a été arrangé par Arthur Verocai, figure culte de la scène carioca, pas moins. En témoignent une série de titres chaloupés (Ma Calypso, L'Adulte, L'Amour carnaval), que côtoient une poignée de titres plus synthético-symphoniques et fidèles au répertoire qu'on lui connait (Love, Aller vers le soleil, l'épique Comment revoir Oursinet?...). À noter que le mixage a été confié à Philippe Zdar (Phoenix, Cassius) et que le voyage est entre autres passé par les studios de Jean-Michel Jarre et Bernard Estardy (CBE).

À écouter in extenso ci-dessous, donc.

Qu'on l'adore ou qu'on le déteste, il est impossible de rester indifférent au grand gourou Sébastien Tellier. À la rédac de Focus, les avis sont d'ailleurs partagés, et le monsieur suscite régulièrement le débat. Alors quand, quelques mois à peine après la sortie de Confection, le barbu pop décide de choisir le magazine pour faire découvrir son album à l'avance, on est forcément flattés.Pour son nouvel album, qui s'intitule donc L'Aventura, Sébastien Tellier explique qu'il a "souhaité réécrire (son) enfance. J'ai choisi de situer cette aventure au Brésil, pays de splendeur et de joie à l'âme éternellement enfantine." Un trip pas tellement moins mystique que celui de My God Is Blue qui a été enregistré entre Paris et Rio de Janeiro, où il a été arrangé par Arthur Verocai, figure culte de la scène carioca, pas moins. En témoignent une série de titres chaloupés (Ma Calypso, L'Adulte, L'Amour carnaval), que côtoient une poignée de titres plus synthético-symphoniques et fidèles au répertoire qu'on lui connait (Love, Aller vers le soleil, l'épique Comment revoir Oursinet?...). À noter que le mixage a été confié à Philippe Zdar (Phoenix, Cassius) et que le voyage est entre autres passé par les studios de Jean-Michel Jarre et Bernard Estardy (CBE).À écouter in extenso ci-dessous, donc.