Le premier soir affiche complet. Mille huit cents heureux et la promesse d'un concert sauvage et lourd. Alors que leur compatriote, sa majesté Nick Cave, sort sans crier gare Ghosteen, son nouvel album, les Australiens de King Gizzard and The Lizard Wizard enchaîneront les 8 et 9 octobre deux concerts dans la grande salle de l'Ancienne Belgique. Personne n'aurait imaginé ça il y a cinq ans, lorsque Stu Mackenzie et ses potes commençaient à percer en faisant du Thee Oh Sees avec de la flûte. Koalas éclectiques, kangourous électriques, les chevelus sont pourtant parvenus à sortir de la masse, à s'extirper du flux en marquant leur singularité et en multipliant les projets fêlés. À l'époque, le "Roi Gésier et le Sorcier Lézard" avaient déjà conçu un audiobook western spaghetti inspiré par le jeu vidéo Red Dead Redemption (Eyes Like the Sky). Ils allaient enchaîner avec un disque psychédélique divisé en quatre pistes de longueurs parfaitement égales (Quarters!) et un album (Nonagon Infinity) dont les chansons peuvent être écoutées dans le désordre. La fin de la dernière s'enchaînant d'ailleurs avec le début de la première pour en rendre confortable la consommation en boucle... C'est cependant en 2017 que les stakhanovistes allaient marquer définitivement les esprits et réaliser leur plus beau coup de pub, squattant du 1er janvier au 31 décembre les colonnes des magazines de rock aussi bien que les pages culture des médias généralistes. Cette année-là, King Gizzard relevait un incroyable défi et sortait pas moins de cinq albums en douze mois. Une performance digne du Guinness Book qui, couplée à des concerts dantesques (le Kreun courtraisien transformé en sauna s'en souvient), légitimait l'accession des gaillards au trône. Par-delà la carte de la quantité, Mackenzie et ses sbires abattaient celles de la qualité et de la diversité. Projets soignés, disques typés. King Gizzard jouait avec les micro-intervalles (Flying Microtonal Banana), signait un concept album musclé (Murder of the Universe), s'offrait un disque de jazz (Sketches of Brunswick East), donnait un disque à presser soi-même (Polygondwanaland) et terminait avec le melting-pot Gumboot Soup.
...