"Si vous êtes cool avec le fait de montrer votre cul sur Instagram, c'est parfait, montrez-le!", s'amuse Hubert Lenoir, quelques heures après avoir retourné le chapiteau à Dour pour un concert enflammé qui restera inscrit comme l'un des meilleurs de cette 31e édition du festival. Mais si notre conversation autour des photos de lui glanées sur Internet démarre assez légèrement, évoquant tantôt Diane Dufresne, "O.G. de la chanson québécoise", son "deep throat" du trophée reçu au Gala de l'ADISQ (les Victoires de la musique à la québécoise), ou encore sa première expérience d'acteur, elle prend un autre tournant quand le musicien se retrouve face à l'invitation d'un groupe de droite identitaire à "combattre la dégénérescence sociale" qu'il "représente". "Si moi, publiquement, il y a des gens qui veulent me tuer, soupire-t-il, ça veut dire qu'il y a plein de jeunes comme moi dans la rue en ce moment à Paris, à Montréal, à Québec, à Bruxelles, qui sont en danger. Il y a vraiment quelque chose à faire." On ne va pas le cacher: dérusher cette interview nous a sérieusement serré la gorge. Il était donc évident de la garder un maximum in extenso pour ne pas en perdre l'intensité.

K.D.

Hubert Lenoir sera aux Francofolies de Spa le 20 juillet, au Botanique le 11 novembre et au Reflektor le 12 novembre.