"Plusieurs arrestations à Schaerbeek, Uccle et Forest se sont menées ce matin. En cause, les initiateurs du faux événement La Boum qui a pris une ampleur phénoménale depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux. Un event qui regroupe déjà presque 70k personnes et qui aurait lieu le 1er avril au Bois de la Cambre. Les arrestations se sont passées sans difficulté." Voilà in extenso le communiqué qui tourne sur les réseaux sociaux, principalement via l'événement Facebook aux 70.000 "fans" où depuis plusieurs semaines s'échangent des montages photos plus improbables les uns que les autres, que n'auraient sans doute pas renié le caricaturiste Coucou Charles. En plus de ce communiqué, bon nombre de photos et vidéos publiées au même endroit par des citoyens "lambda" montrent des arrestations...

"Plusieurs arrestations à Schaerbeek, Uccle et Forest se sont menées ce matin. En cause, les initiateurs du faux événement La Boum qui a pris une ampleur phénoménale depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux. Un event qui regroupe déjà presque 70k personnes et qui aurait lieu le 1er avril au Bois de la Cambre. Les arrestations se sont passées sans difficulté." Voilà in extenso le communiqué qui tourne sur les réseaux sociaux, principalement via l'événement Facebook aux 70.000 "fans" où depuis plusieurs semaines s'échangent des montages photos plus improbables les uns que les autres, que n'auraient sans doute pas renié le caricaturiste Coucou Charles. En plus de ce communiqué, bon nombre de photos et vidéos publiées au même endroit par des citoyens "lambda" montrent des arrestations policières. Évidemment, tout cela est inventé. Il ne faut pas creuser très loin pour se rendre compte que ces "arrestations" sont toutes aussi fausses que l'événement lui-même. Les détails qui doivent mettre la puce à l'oreille des internautes sont légion: le fait que les vidéos publiées aient déjà été vues dans un autre contexte. Qu'on y voie des policiers non masqués. Le "sans difficulté" du communiqué mis au regard de la violence certaines images. Le fait que les tweets, citations et articles de presse sont systématiquement des captures d'écran et pas des liens. Que les différentes publications soient parfaitement synchronisées, et qu'elles identifient tous les organisateurs de La Boum alors même que ceux-ci cachent fièrement leur identité. On pourrait prolonger encore et encore la liste d'arguments. Il y a deux manières de réagir face à cette nouvelle "opération" qui semble avoir été particulièrement bien ficelée. En rire, comme ça a été le cas depuis le début dans une ambiance bon enfant. Ou s'inquiéter du caractère dangereux de l'exercice, des dérapages qu'elle pourrait causer, de la haine envers les autorités qu'elle pourrait générer chez tous ceux qui l'interprèteraient au premier degré. "Qu'on soit d'accord, la plupart des gens comprennent la blague et participent en disant "c'est dingue, c'est scandaleux", mais j'ai l'impression qu'ils sont totalement dans le jeu", nous assure l'un des organisateurs de l'événement que nous avons contacté et qui souhaite garder l'anonymat (nous l'appellerons Jean-Pierre). "Il y a des trucs complètement à la masse aussi. C'est bien, parce qu'on pousse aussi un peu les gens à recouper les infos."Quant à la question des responsabilités si jamais des gens se réunissaient bel et bien au Bois de la Cambre ce jeudi, jour de poisson, Jean-Pierre se dit rassuré suite aux échos positifs reçus de la police de son côté qui, selon lui, ne voudrait "pas s'interposer, trouve l'initiative très drôle". Mais confesse plus tard qu'"on se rend bien compte qu'on a une responsabilité, et qu'il y a des gens qui vont se réunir. Mais on est dans un schéma où les gens ont besoin de reprendre leurs droits." Poujadiste, La Boum? "Après, nous, on ne se positionne pas. On n'est ni anti-masques, ni pro-masques. C'est juste une grosse blague." Finalement, le succès du faux événement est sans doute dû à l'engouement de ses "fans". "C'est ultra spontané. Les gens participent à fond. J'ai une liste de posts à approuver, il y en a que je n'accepte pas, des trucs d'anarchiste, des gens qui font 10.000 montages sur Maggie, à un moment donné ça devient lourd. Je garde quand même un oeil dessus. Au tout début, j'ai écrit un message du style "faites votre meilleur montage entre un politique et un DJ et gagnez un pass full access", et c'est là que ça a pris. Le prank est devenu participatif." On aimerait juste rajouter, au risque de passer pour les rabat-joie de service que, s'il est évidemment hautement libérateur de rire de la situation qu'on vit, il est autrement plus sensible d'aller se réunir en masse ce jeudi, même si ce n'est que "pour voir"...