Dix heures et demie du matin. Un quart d'heure avant notre rendez-vous, Lias Saoudi est déjà dans le hall du luxueux Dominican Hotel. Le chanteur de la Fat White Family est même là avant sa nounou. En attendant que ses potes descendent de leur piaule, la bête de scène toujours aussi affable, drôle et langue de pute raconte des histoires de tournée. Comme cette fois où, dans un hôtel d'Europe de l'Est, leur batteur de l'époque leur balançait des bouteilles en verre à la tête alors qu'ils se saoulaient dans le jacuzzi et qu'un autre membre du groupe parti baiser dans la piaule d'à côté tambourinait au mur en gueulant qu'ils lui ruinaient son coup...
...