On ne se lassera sans doute jamais de la poésie douce-amère d'Alix Caillet et Jaco Cormary. Et force est de constater qu'avec Hardcore, titre pourtant écrit l'été dernier et qui parle visiblement de rupture, Odezenne tend à nouveau à une certaine forme d'universalisme décalé, au travers de paroles qui s'adaptent bien à notre isolation à tous aujourd'hui: "Bon Dieu, ça fait du bruit le silence/Mon Dieu ça prend de la place, l'absence".

Pour illustrer ce morceau particulièrement planant et prenant, les Bordelais ont posé une question simple à leurs fans sur les réseaux sociaux: "Et vous, elle ressemble à quoi la vie à travers votre fenêtre?" Au final, ils ont reçu pas moins de 5000 petites vidéos, qui ont été montées par Romain Winkler, collaborateur fréquent du groupe (Boubouche, Pouchkine, Rien, Je veux te baiser, Tu pu du cu...).

"Hardcore", comme "intense, violent"? Sans doute. Mais aussi comme "noyau dur", noyau familial... "Avec le confinement, ça me parle", confesse un fan sur YouTube, où le clip totalise déjà plus de 100.000 vues depuis sa mise en ligne vendredi dernier. Un thème qui n'est pas sans rappeler celui de Nucléaire,qui ouvrait l'excellent album Au Baccara, sorti il y a deux ans déjà.

(Re)lire nos interviews du groupe:

Odezenne attitude: "Bleu fuschia, c'est notre côté gilets jaunes!"

Odezenne, les nouveaux héros de la French pop indé?

Les photos d'Odezenne à Dour l'an dernier et au Festival des libertés quelques mois plus tard