Panos Koutras semble sorti tout droit de l'un de ses films: un torrent d'exubérance et d'enthousiasme dont on se demande parfois comment il arrive à les canaliser. Découvert avec le siècle, L'attaque de la moussaka géante, son premier long métrage, lui avait valu ce que promettait son titre: un statut culte. Une quinzaine d'années plus tard, Xenia, son quatrième opus (il y a eu, entre-temps, Real Life et Strella), a les honneurs d'Un Certain Regard, petite soeur de la compétition cannoise, manière d'aboutissement provisoire. Son titre, le film l'emprunte au grec ancien -"Xenia est le terme qui désigne l'hospitalité envers l'étranger, rappelle-t-il dans un français impeccable, le fruit d'études parisiennes. Et dans les années 50-60, qui constituent la grande époque de la Grèce et des débuts du tourisme, une chaîne d'hôtels de luxe s'appelait Xenia. La plupart...