Un doigt coupé pour faute grave. Un code de conduite strict et séculaire. Une soumission absolue à la hiérarchie. Des tatouages fous. Et des costumes baroques. Comptant parmi les organisations criminelles les plus sophistiquées et lucratives au monde, le milieu de la pègre japonaise faiblit depuis les années 90(1). Mais son pouvoir de fascination reste intact. En témoignent les 10,5 millions de copies écoulées par les Yakuza de Sega. Spin-off de cette saga fleuve comptant huit volets principaux et autant d'épisodes parallèles, le fascinant Judgment se dévore comme un polar dense entrecoupé de bastons de rue et d'explorations open world. Ou comment Sega touche au Graal du jeu vidéo: marier un film fort en gueule et du vrai gameplay.
...