Tanger, 1956. Alice Shipley n'y arrive pas. À croire que la ville la rejette, se dérobe, lui veut du mal. Au lieu de sortir, Alice passe de longues heures, assommantes et solitaires, à attendre le retour de John, son mari. L'arrivée de Lucy, ex-colocataire et ancienne amie la plus proche avant que les choses ne tournent mal, vient transformer son quotidien. "La Lucy qui disait ce qu'elle pensait, savait ce qu'elle voulait, et ne se gênait pas pour s'en emparer." Bientôt la joie des retrouvailles fait place à une sensation d'étouffement, à la certitude d'être observée... Le bandeau promo annonce "Donna Tartt, Gillian Flynn et Patricia Highsmith écrivant ensemble le scénario d'un film d'Hithcock." Or, si Christine Mangan ne lésine pas sur les effets de manche pour nourrir son noir à l'eau de rose, ce thriller pétri de clichés ne nous a pas fait voyager. L'autrice n'a de cesse d'agiter les colifichets touristiques d'un Tanger d'opérette secoué dans une boule à neige: "Comme ça, vous apprendrez ce qui différencie une touriste d'une voyageuse." La leçon, paraît-il, vaut bien un fromage. "Mon coeur se serra, j'eus une boule à l'estomac. Tous ces atroces clichés que j'avais lus et relus dans des livres qui me revinrent et, en cet instant, je ne les compris que trop bien, jusqu'au dernier." (sic)

De Christine Mangan, ÉDITIONS Harper Collins, traduit de l'anglais (États-Unis) par Laure Manceau, 320 pages.

5