Ralentir

DE DELPHINE LE LAY ET ALEXIS HORELLOU, ÉDITIONS DU LOMBARD, 104 PAGES.

8

Lui, il s'appelle David. Il est commercial, dans les services, et a sillonné le Finistère toute la semaine. Il va enfin pouvoir rentrer chez lui, voir sa femme, ses enfants. Mais David n'a pas l'air ravi de la promotion qu'on vient de lui proposer -et du boulot en plus qu'on lui a demandé pour dimanche. Au contraire. David craque, arrête sa voiture le long de l'autoroute et se cramponne au volant. Moment de pré-burn out que choisit Emma, auto-stoppeuse, pour l'alpaguer et faire, avec lui, un bout de route vers Douarnenez. Tout les oppose bien sûr: elle est volubile, lui pas bavard; elle aime la liberté et les changements, lui possède toute sa vie dans son téléphone; elle apprécie ses CDD, il ne jure que par son CDI. Mais un accident, puis un panneau sur la route -"Klaxonnez, et venez boire l'apéro"- va les obliger à passer la nuit là, à la rencontre d'autres personnes, moins extrêmes que ces deux extrêmes, mais en tout cas plus branchées permaculture que culture du profit. Et si la vie de David n'en sera sans doute pas bouleversée -ne rêvons pas de tout changer en une nuit-, il s'est peut-être trouvé de nouveaux points de départ. Et comme le signalent les auteurs en clôture de ce one-shot engagé dans la lenteur et dans la défense d'une certaine décroissance: "Finalement, Ralentir, c'est peut-être un bon début."

Suite logique

Les Français Delphine Le Lay et Alexis Horellou en sont déjà, en dix ans, à leur cinquième album en commun, lesquels l'air de rien sont en train de constituer une oeuvre très cohérente. Il y eut entre autres Plogoff, récit d'une résistance populaire contre l'implantation en Bretagne d'une centrale nucléaire, puis 100 maisons, l'histoire vraie de la cité des Abeilles, à Quimper, où 100 familles se bâtirent elles-mêmes 100 maisons. Ralentir semble cette fois faire la synthèse des questions presque philosophiques qui y étaient sous-jacentes: Comment agir pour vivre mieux? Comment agir pour se libérer des contingences? Comment sauter des trains en marche que sont devenues nos vies? Et surtout, par où commencer? Ralentir est le récit de ces questionnements intimes et profonds, en plus d'un bel objet qui a justement adapté son rythme de narration à son propos, et qui, surtout, sonne juste quand on a la chance de connaître ses auteurs: Delphine Le Lay et Alexis Horellou, expatriés un temps à Bruxelles, forment également un couple à la ville, qui a choisi la campagne. Ils vivent désormais dans un petit village de 350 habitants, lui aussi dans le Finistère, et ont ouvert un café culturel associatif. Ils y organisent un petit festival, des expositions, des ateliers. On y trouve un manège à vélo fabriqué avec les voisins, et on peut même y boire un verre. Klaxonnez et venez y boire l'apéro.

OLIVIER VAN VAERENBERGH