Pour analyser la vitalité d'un genre, rien de tel que de mesurer son "élasticité". Jusqu'à quel point peut-il s'étirer sans craquer? Jusqu'où peut-il se déployer et s'ouvrir sans se perdre? En la matière, le jazz constitue un cas d'école. Ces dernières années, alors que la musique -sa pratique, sa consommation, sa signification- a drastiquement muté, le genre centenaire, régulièrement annoncé comme mort, a su renouer le dialogue avec la jeune génération. Il l'a fait en adoptant en partie ses codes, tout en restant toutefois fidèle à son ADN.
...