Juin 2013, à l'Archiduc, à Bruxelles. La longue carcasse de Benjamin Clementine se faufile jusqu'au piano du légendaire bar jazz. C'est là que la transformation a lieu: de jeune homme timide, arrivé pieds nus, Clementine se mue en chanteur blues-cabaret habité, yeux exorbités, intonations exagérément expressionnistes. Un ovni. Soutenu par Focus, le showcase avait été goupillé par l'équipe du Nouvel an belge à Paris -puisque c'est bien là que le jeune Anglais s'est d'abord fait remarquer. Depuis, on a encore pu le voir aux Nuits Bota, sur le plateau de Jools Holland à la BBC, aux côtés notamment de Paul McCartney, ou à... Droixhe. C'est là qu'on l'a retrouvé, à la mi-décembre, avant son concert au cinéma Le Parc.
...