Considéré par l'historien de l'anarchisme Ronald Creagh comme la dernière résurgence spectaculaire du socialisme utopique, le mouvement hippie naît au tout début des années 60 dans une époque troublée pour les Etats-Unis. Une époque où les manifestations contre la guerre du Vietnam se multiplient. Une époque où les émeutes noires font rage dans les grandes villes du pays. Des événements qui ont le don de rassembler la jeunesse. Comme la plupart des tribus dont nous vous parlons cet été, les hippies s'inscrivent dans la contestation et le refus de l'ordre établi. Ils rejettent les valeurs traditionnelles, s'élèvent contre le mode de vie de papa et maman (" Ne faites pas confiance à quelqu'un de plus de 30 ans"), cherchent à fuir la société de consommation et adaptent des valeurs écologistes et égalitaires issues des philosophies primitives et orientales. Tant qu'on y est, ils refusent aussi la soumission aux médias et le diktat artistique en place.
...