" L'un de mes grands-pères, John French, celui du côté maternel, plus grand et un peu plus c...

" L'un de mes grands-pères, John French, celui du côté maternel, plus grand et un peu plus clair de peau que bon nombre des immigrés italiens aux côtés desquels il travaillait comme plâtrier-peintre, avait pour habitude de me jucher sur ses épaules pour me promener dans les rues de Homewood, le quartier noir de Pittsburgh, en Pennsylvanie, où nous habitions."