Il faut bien des mots pour décrire Paul B. Preciado: philosophe, radical, visionnaire, voyageur, transféministe, transfuge, transgenre. C'est qu'il les aime, les mots, qu'il assemble en longues phrases tranchantes, nécessaires à l'expression d'une pensée politique et philosophique complexe, parce qu'encore étrange -"qui définit ce qui sort des normes". Ses textes sont le journal d'une transformation, un recueil de chroniques d'une vie en éternelle transition. Comme dans son dernier livre, Un appartement sur Uranus, qui compile des articles écrits entre 2013 et 2018 pour le journal Libération. Il y parle de libération, justement: celle des normes, des corps, de la sexualité... et des mots qui désignent des visions du monde désormais obsolètes. L'Espagnol Paul Beatriz Preciado "ne laisse personne indifférent", estiment Passa Porta et le Beursschouwburg, qui l'ont invité le 21 septembre à Bruxelles pour parler d'amour. Un sujet universel qu'aborde dans la différence la plus totale l'ex-compagnon de Virginie Despentes. Mais avant le coup de foudre attendu, place aux présentations.
...