"Je pense que mêler tout ça à un récit grand public sera plus efficace." Matt Kindt nous pardonnera de flirter avec le spoil en citant ainsi une des dernières phrases -importante!- de MIND MGMT, mais elle en dit long sur les ambitions de ce comics de divertissement! Car nous voilà au terme de sa grande saga d'espionnage et de manipulation, publiée aux USA en son temps via 35 comics, regroupés en français en trois gros volumes particulièrement denses et soignés. L'avènement d'un nouveau "Mind Management", cette agence secrète du gouvernement rassembl...

"Je pense que mêler tout ça à un récit grand public sera plus efficace." Matt Kindt nous pardonnera de flirter avec le spoil en citant ainsi une des dernières phrases -importante!- de MIND MGMT, mais elle en dit long sur les ambitions de ce comics de divertissement! Car nous voilà au terme de sa grande saga d'espionnage et de manipulation, publiée aux USA en son temps via 35 comics, regroupés en français en trois gros volumes particulièrement denses et soignés. L'avènement d'un nouveau "Mind Management", cette agence secrète du gouvernement rassemblant des individus aux pouvoirs psychiques aussi étonnants que terrifiants, est désormais inéluctable. Meru Marlowe, fil rouge de cette aventure mêlant espionnage, action et pop culture, a échappé à l'Effaceur et à ses sbires et continue à fouiller le passé de l'organisation, mais le piège se referme. Un piège où la paranoïa va atteindre son paroxysme et où les fausses pistes vont se multiplier jusqu'au twist final, à nouveau surprenant et cette fois en forme de mise en abyme aussi vertigineuse que logique, puisqu'on comprendra enfin pourquoi cette BD se présente comme un "rapport d'opérations" sur les "savoirs opératifs et leurs impacts sur l'individu", sous la "supervision narrative, artistique et mentale" de Matt Kindt. Un rapport officiel, déclassifié et à la mise en page complexe, contenant plus de mille planches de dossier en dessin, et à l'issue duquel on ne pourra tirer que deux conclusions: "Lorsque une organisation dépasse deux membres... la corruption ne peut que s'installer. Mais un agent seul deviendra fou". On en ajoute une troisième: Matt Kindt est décidément l'un des meilleurs entertainers de sa génération. Contrôle de la pensée, manipulation des masses, super-héros d'un nouveau genre (de l'architecte qui détecte immédiatement le point faible de toute structure au publicitaire dont le travail génère incognito des pensées virales), intoxications, chausse-trappes... Matt Kindt semble avoir tout donné en termes de vrai, de faux, de fake et de références pop pour donner corps à ce puzzle psychologico-politique qui a fait date dans le comics US, et continue de faire fantasmer. HBO plancherait toujours sur une adaptation digne de Game of Thrones alors qu'un jeu de plateau arrive bientôt dans les foyers. Matt Kindt, aussi workaholic que sollicité, est déjà passé à d'autres choses, pas moins ambitieuses: entre divers one-shots et collaborations, il vient de sortir le premier numéro d'un comics co-écrit avec... Keanu Reeves, BRZRKR, mêlant à nouveau action, critique politique et success-story: déjà 600 000 exemplaires vendus! Le MIND MGMT est sans doute derrière tout ça.