Jean Moebius Giraud, l’homme bipolaire

Jean Giraud aka Moebius s'invite à la Fondation Cartier, à Paris, le temps d'une rétrospective. © Renaud Callebaut

Moebius01.jpg © Renaud Callebaut

Jean Giraud aka Moebius s'invite à la Fondation Cartier, à Paris, le temps d'une rétrospective.

Moebius02.jpg © M½bius Production

Jusqu'au 13 mars 2011, la Fondation exhibe plus de 400 originaux de Jean Giraud.

Moebius03.jpg © Renaud Callebaut

La première partie de l'exposition présente tous les personnages et univers de Moebius.

Moebius04.jpg © Renaud Callebaut

" Ce dessin trouvera sa place dans un prochain album que l'on pourrait baptiser Les animaux de Mars. J'ai utilisé Mars comme projection pour réaliser des choses bizarres. J'aime me laisser aller dans ce genre de bestiaire conçu dans un dessin automatique. "

Moebius05.jpg © Renaud Callebaut

Jean Giraud passe d'un dessin à l'autre sans jamais oublier d'évoquer une anecdote liée à son travail.

Moebius06.jpg © Renaud Callebaut

" J'adore me lancer dans ces grands dessins en noir et blanc. Dans un premier temps, je plante le décor. Je le remplis ensuite de personnages sans plan établi. "

Moebius07.jpg © M½bius Production

Moebius, Box Office, 1994.

Moebius08.jpg © M½bius Production

Gir, portrait de Blueberry, 1973.

Moebius09.jpg © Renaud Callebaut

" J'aime cette peinture pour la composition, le mouvement et la couleur. C'est une oeuvre qui me plait et que j'apprécie sans vraiment avoir envie de savoir pourquoi. "

Moebius10.jpg © Renaud Callebaut

Plus transversale, la seconde partie de l'exposition se concentre sur les oeuvres suivant les thèmes de prédilection de l'artiste.

Moebius11.jpg © Moebius

Moebius, La Chasse au Major, 2009.

Moebius12.jpg © M½bius Production

Moebius, dessin préparatoire pour Arzach, 1975.

Moebius13.jpg © M½bius Production

Moebius, dessin préparatoire pour Arzach, 1995.

Moebius14.jpg © Renaud Callebaut

" Je ne me présente pas comme un donneur de leçons. J'ai plutôt l'impression d'être un bouffon qui sautille et ne tient pas en place. Histoire d'en rajouter une couche, j'aime bien accompagner cette légèreté avec plein de discours très pompeux sur la réalité, sur ce qui se trouve derrière la réalité, et derrière ce qu'il y a derrière..."