La première fois, c'était aux alentours de 1983, "un premier contact assez mauvais", nous a expliqué Philippe Berthet depuis sa résidence française: "Jean m'avait proposé de dessiner sa minisérie SOS Bonheur (NDLR: trois albums cultes finalement dessinés par Griffo), mais je ne le sentais pas, je trouvais le scénario un peu sinistre, j'avais envie d'autre chose. Il n'en a heureusement pas tenu grief au jeune prétentieux que j'étais!" La deuxième, c'était en 2009, au moment de lancer la "spin off" de la série XIII, baptisée XIII Mystery, pour laquelle chaque album était réalisé par un dessinateur et scénariste différent, dont Berthet sur l'album Irina - "Jean relisait alors les scénarios, supervisait l'ensemble mais n'est jamais intervenu sur les albums en eux-mêmes."
...

La première fois, c'était aux alentours de 1983, "un premier contact assez mauvais", nous a expliqué Philippe Berthet depuis sa résidence française: "Jean m'avait proposé de dessiner sa minisérie SOS Bonheur (NDLR: trois albums cultes finalement dessinés par Griffo), mais je ne le sentais pas, je trouvais le scénario un peu sinistre, j'avais envie d'autre chose. Il n'en a heureusement pas tenu grief au jeune prétentieux que j'étais!" La deuxième, c'était en 2009, au moment de lancer la "spin off" de la série XIII, baptisée XIII Mystery, pour laquelle chaque album était réalisé par un dessinateur et scénariste différent, dont Berthet sur l'album Irina - "Jean relisait alors les scénarios, supervisait l'ensemble mais n'est jamais intervenu sur les albums en eux-mêmes." Il aura donc fallu près de quarante ans pour que ces deux-là, représentants parmi les plus fameux de la bédé (franco-)belge populaire, se rencontrent vraiment. "Jean a présenté son projet, développer les ancêtres de Largo Winch et les origines de son immense fortune, à Dupuis et à José-Louis Bocquet, un autre vieil ami que je n'avais plus vu depuis longtemps, et qui m'a proposé cette collaboration. Je n'ai eu que deux conditions: lire le scénario avant de me décider et puis en avoir l'entière maîtrise graphique. Il n'était évidemment pas question qu'on me demande de faire du sous-Philippe Francq. Mais Jean m'a laissé carte blanche." Philippe Francq est le dessinateur de la série Largo Winch depuis 1990. Une série écrite par Jean Van Hamme, tirée de ses propres romans, et qui s'avérera l'un de ses plus gros succès BD, avec Thorgal ou XIII. Une série qui continue toujours aujourd'hui, elle aussi chez Dupuis, mais que Jean Van Hamme a décidé d'arrêter en 2015, après vingt albums, tandis que Philippe Francq a choisi de la poursuivre, sans lui, et depuis bientôt trois albums, avec un autre scénariste (Eric Giacometti). De quoi peut-être vexer ce grand sensible de Jean Van Hamme, au point de le faire sortir, à 82 ans, de sa semi-retraite, et de lui faire écrire ce "préquel" forcément savoureux. On y découvrira, en trois albums, d'où vient l'immense fortune du personnage de BD le plus riche de la Terre - après Picsou. Les fondations d'un mythe qui prend ses racines dans le Monténégro de 1848, en pleine révolte paysanne, avant de traverser l'Europe et rejoindre les Etats-Unis, entre tragédies, injustices personnelles et événements historiques, comme une guerre de Sécession que Philippe Berthet, grand dessinateur de l'Amérique (lire l'encadré) n'avait jamais croquée. "Cet album n'a été qu'une montagne de difficultés, qui m'a demandé énormément de documentation, mais qui me procure aussi beaucoup de plaisir, confie-t-il, d'abord parce que j'y travaille avec Dominique David, mon épouse, comme jamais auparavant, ensuite parce que c'est la première fois que je me frotte à une saga qui va courir sur plus d'un siècle, qui va à toute vitesse, avec des ellipses à chaque page!" Résultat: un carton d'ores et déjà assuré et la rencontre, enfin, de deux monstres sacrés.