Le lieu est insolite, le tarmac de l'ancien aéroport berlinois Tempelhof fermé en 2008 a servi de piste de danse à la troupe du chorégraphe Boris Charmatz. Cette scène originale a eu lieu ce dimanche 10 septembre. Au menu: une opération participative et gratuite intitulée Fou de danse entièrement conçue par le chorégraphe.

La superficie de l'aéroport désaffecté donne le vertige: près de 400 hectares. À lui seul, le tarmac du Tempelhof détient une superficie de 130.000 m². Pour Boris Charmatz, ce fut une première: "C'est l'espace le plus grand que j'aie investi", rapporte l'artiste à nos confrères du Monde. Devenu un immense parc urbain depuis sa fermeture, le Tempelhof est un site époustouflant.

Pendant 10h d'affilée, de 10h à 22h, les performances se sont succédées et les participants ont pu se déhancher sur la piste. Selon les organisateurs, on dénombre environ 7.000 personnes à 16h. Au total, plus de 15.000 personnes se sont déplacées pour l'événement.

Boris Charmatz, chorégraphe prolifique

"Il se passe toujours quelque chose avec Boris Charmatzz": voici le slogan que le chorégraphe et danseur a repris, lorsqu'il est devenu directeur du Centre chorégraphique national de Rennes (France), en 2009. L'homme aime plus que tout inviter à danser. Depuis plusieurs années, il multiplie les apparitions et les projets en France comme à l'étranger.

Son parcours est vertigineux, il est passé par l'école de danse de l'Opéra de Paris et par le conservatoire de Lyon puis, il fréquente les plus grands: du Quatuor Albrecht Knust en passant par Elisabeth Schwartz. Charmatz se pose au croisement de la danse contemporaine et des arts plastiques. L'homme aime oser, surprendre et mixer les genres. À Berlin, il montre de plus en plus son désir de renouveler la danse, cette fois au travers d'un événement participatif, au plus près du citoyen.

Elisa Brevet

Le lieu est insolite, le tarmac de l'ancien aéroport berlinois Tempelhof fermé en 2008 a servi de piste de danse à la troupe du chorégraphe Boris Charmatz. Cette scène originale a eu lieu ce dimanche 10 septembre. Au menu: une opération participative et gratuite intitulée Fou de danse entièrement conçue par le chorégraphe.La superficie de l'aéroport désaffecté donne le vertige: près de 400 hectares. À lui seul, le tarmac du Tempelhof détient une superficie de 130.000 m². Pour Boris Charmatz, ce fut une première: "C'est l'espace le plus grand que j'aie investi", rapporte l'artiste à nos confrères du Monde. Devenu un immense parc urbain depuis sa fermeture, le Tempelhof est un site époustouflant.Pendant 10h d'affilée, de 10h à 22h, les performances se sont succédées et les participants ont pu se déhancher sur la piste. Selon les organisateurs, on dénombre environ 7.000 personnes à 16h. Au total, plus de 15.000 personnes se sont déplacées pour l'événement. Boris Charmatz, chorégraphe prolifique "Il se passe toujours quelque chose avec Boris Charmatzz": voici le slogan que le chorégraphe et danseur a repris, lorsqu'il est devenu directeur du Centre chorégraphique national de Rennes (France), en 2009. L'homme aime plus que tout inviter à danser. Depuis plusieurs années, il multiplie les apparitions et les projets en France comme à l'étranger. Son parcours est vertigineux, il est passé par l'école de danse de l'Opéra de Paris et par le conservatoire de Lyon puis, il fréquente les plus grands: du Quatuor Albrecht Knust en passant par Elisabeth Schwartz. Charmatz se pose au croisement de la danse contemporaine et des arts plastiques. L'homme aime oser, surprendre et mixer les genres. À Berlin, il montre de plus en plus son désir de renouveler la danse, cette fois au travers d'un événement participatif, au plus près du citoyen.Elisa Brevet