Ils l'ont dit, ils l'ont fait. La Belgique a connu un samedi 1er mai particulièrement agité. Théâtre de l'action Still Standing For Culture, nombre de lieux culturels ont réouvert leurs portes pour des actions symboliques à travers l'ensemble du pays.

A l'image de la place de la Monnaie, sur laquelle se sont rassemblés plusieurs milliers de personnes autour d'une tribune dont l'objectif était d'interpeller le gouvernement sur sa gestion de la crise et militer pour une plus juste répartition du poids des mesures sur l'ensemble de la société.

Marion Colard
© Marion Colard

L'occasion aussi de faire le point sur les actions et résultats déjà obtenus grâce aux différentes actions ayant eu lieu sur la place ou dans le théâtre (cfr. Bezet la Monnaie Occupée). Quatre-cent tribunes donnant la parole à ceux qui la réclamaient, l'occupation du théâtre, un rendez-vous avec les ministres Frank Vandenbroucke et Sophie Wilmès pour défendre leurs vindications. C'est ce que le collectif développe dans un communiqué envoyé un peu après les actions du 1er mai.

Un oracle est ensuite apparu sur une poubelle géante placée au centre de la place et depuis laquelle il a lu l'avenir dans des oiseaux de papier noirs lancés dans le ciel bruxellois: la poubelle, pleine des "déchets" de la crise sanitaire (selon le communiqué, "les déchets représentaient culture, sans-papiers, santé, horeca, travailleur.euse.s du sexe, care, associations de quartier et citoyen.ne.s en situation précaire") devra être renvoyée à l'expéditeur. S'en suivra ensuite un cortège pacifique et bruyant qui transportera la poubelle jusqu'au 16 rue de la loi.

La police, déjà fort occupée par la Boum 2 (celle "supprimée" par Facebook) ou par le concert empêché de Françoiz Breut à l'Atelier 210, a laissé les manifestants déambuler sans esclandre jusqu'à la rue de la Loi, où ils ont laissé leur poubelle géante en partant.

Marion Colard
© Marion Colard

Charles Christiaens

Ils l'ont dit, ils l'ont fait. La Belgique a connu un samedi 1er mai particulièrement agité. Théâtre de l'action Still Standing For Culture, nombre de lieux culturels ont réouvert leurs portes pour des actions symboliques à travers l'ensemble du pays. A l'image de la place de la Monnaie, sur laquelle se sont rassemblés plusieurs milliers de personnes autour d'une tribune dont l'objectif était d'interpeller le gouvernement sur sa gestion de la crise et militer pour une plus juste répartition du poids des mesures sur l'ensemble de la société.L'occasion aussi de faire le point sur les actions et résultats déjà obtenus grâce aux différentes actions ayant eu lieu sur la place ou dans le théâtre (cfr. Bezet la Monnaie Occupée). Quatre-cent tribunes donnant la parole à ceux qui la réclamaient, l'occupation du théâtre, un rendez-vous avec les ministres Frank Vandenbroucke et Sophie Wilmès pour défendre leurs vindications. C'est ce que le collectif développe dans un communiqué envoyé un peu après les actions du 1er mai. Un oracle est ensuite apparu sur une poubelle géante placée au centre de la place et depuis laquelle il a lu l'avenir dans des oiseaux de papier noirs lancés dans le ciel bruxellois: la poubelle, pleine des "déchets" de la crise sanitaire (selon le communiqué, "les déchets représentaient culture, sans-papiers, santé, horeca, travailleur.euse.s du sexe, care, associations de quartier et citoyen.ne.s en situation précaire") devra être renvoyée à l'expéditeur. S'en suivra ensuite un cortège pacifique et bruyant qui transportera la poubelle jusqu'au 16 rue de la loi. La police, déjà fort occupée par la Boum 2 (celle "supprimée" par Facebook) ou par le concert empêché de Françoiz Breut à l'Atelier 210, a laissé les manifestants déambuler sans esclandre jusqu'à la rue de la Loi, où ils ont laissé leur poubelle géante en partant.Charles Christiaens