"Ces six derniers mois, nous sortons d'une "monoculture du streaming", et nous devons avoir une conversation très importante sur la façon dont on rouvre les cinémas", a déclaré la présidente du jury en conférence de presse.

Elle-même est retournée en salle en famille la semaine dernière voir Tenet, la superproduction de Christopher Nolan, après avoir eu pendant le confinement "le plaisir amer" de voir chez elle de nombreux films, qu'elle "aurait aimé voir sur grand écran".

"Le défi n'est pas seulement pour le cinéma italien, tchèque, australien, américain ou asiatique. C'est un défi mondial", a ajouté l'actrice oscarisée pour Blue Jasmine. "D'une certaine façon, alors que nous refaisons surface, c'est une belle opportunité pour réexaminer (la place) de la technologie du streaming et ses implications sur le cinéma et la façon dont on le voit et on le fait."

"C'est une grande occasion pour se poser les questions cruciales", a-t-elle ajouté. Le cinéma doit repartir "de zéro", "comme au premier jour d'école", et il pourra alors émerger de la crise "plus solide, plus créatif et plus inventif".

A titre personnel, se trouver en personne à la Mostra, le plus ancien des festivals de cinéma au monde, malgré la pandémie et l'avalanche de mesures sanitaires, "ressemble à 'un miracolo'", s'est émerveillée Cate Blanchett en utilisant à dessein le terme italien. "C'est un plaisir d'être ici. Ces six derniers mois, je parlais uniquement avec les cochons et les poulets... Je suis contente d'avoir enfin des discussions intéressantes avec des adultes!"

Notre envoyé spécial, Jean-François Pluijgers, nous donnera quotidiennement ses impressions sur le festival et les films qu'il y aura vu. Toutes celles-ci seront regroupées dans ce tableau pratique.

"Ces six derniers mois, nous sortons d'une "monoculture du streaming", et nous devons avoir une conversation très importante sur la façon dont on rouvre les cinémas", a déclaré la présidente du jury en conférence de presse.Elle-même est retournée en salle en famille la semaine dernière voir Tenet, la superproduction de Christopher Nolan, après avoir eu pendant le confinement "le plaisir amer" de voir chez elle de nombreux films, qu'elle "aurait aimé voir sur grand écran". "Le défi n'est pas seulement pour le cinéma italien, tchèque, australien, américain ou asiatique. C'est un défi mondial", a ajouté l'actrice oscarisée pour Blue Jasmine. "D'une certaine façon, alors que nous refaisons surface, c'est une belle opportunité pour réexaminer (la place) de la technologie du streaming et ses implications sur le cinéma et la façon dont on le voit et on le fait.""C'est une grande occasion pour se poser les questions cruciales", a-t-elle ajouté. Le cinéma doit repartir "de zéro", "comme au premier jour d'école", et il pourra alors émerger de la crise "plus solide, plus créatif et plus inventif".A titre personnel, se trouver en personne à la Mostra, le plus ancien des festivals de cinéma au monde, malgré la pandémie et l'avalanche de mesures sanitaires, "ressemble à 'un miracolo'", s'est émerveillée Cate Blanchett en utilisant à dessein le terme italien. "C'est un plaisir d'être ici. Ces six derniers mois, je parlais uniquement avec les cochons et les poulets... Je suis contente d'avoir enfin des discussions intéressantes avec des adultes!"