Le générique avale le bitume dans la nuit, les bandes jaunes défilant au son de I'm deranged de David Bowie et Brian Eno, pour plonger le spectateur dans une autre dimension. Il en ressortira, incrédule, 134 minutes plus tard, la boucle nocturne se repliant dans le reflet des gyrophares et l'écho des sirènes de police lancées à toute allure aux trousses de Bill Pullman/Fred Madison, image séminale ponctuant un film essentiel - Lost Highway, ou quand le cinéma de David Lynch s'engagea pour un voyage sans retour dans les allées fécondes de l'abstraction et de l'inconscient.
...