À tout juste 20 ans, Garance Marillier est devenue une icône du film de genre horrifique à la française. Un statut qu'elle a obtenu grâce à Grave, et qui pourrait aujourd'hui s'étendre à la science-fiction sur le petit écran avec Ad Vitam. En t-shirt, jeans et baskets, elle fait la promotion de cet objet novateur, sacré meilleure série française au festival Séries Mania, à Lille, en mai dernier. D'une simplicité apaisante, la jeune femme arbore un sourire sincère et démontre une envie de trouver le mot juste, au bon moment. Hésitante et discrète, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds pour autant, comme le prouve son entrée fracassante dans le monde du cinéma. À douze ans, sa mère l'inscrit à un casting avec la cinéaste Julia Ducournau, sa future mentor et réalisatrice de Grave. Lors de l'audition, elles jouent ensemble une scène d'embrouille, qui culmine avec la véritable colère de l'adolescente: "Je prenais toutes les choses pour moi, sans recul. Et je crois que ce caractère a plu à Julia."
...